«En partant, j'ai tiré une nouvelle fois sur Ján Kuciak»

ProcèsL'assassinat du jeune journaliste Ján Kuciak et de sa compagne, en février 2018, a scandalisé la Slovaquie et continue de secouer le pouvoir.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Toute la Slovaquie a les yeux rivés sur le procès qui s'est ouvert à Pezinok, une petite ville située une vingtaine de kilomètres au nord-est de Bratislava. C'est là que sont jugés les quatre responsables présumés du meurtre du journaliste Ján Kuciak et de sa fiancée Martina Kušnírová, alors âgés de vingt-sept ans. Lundi, lors du premier jour des audiences, l'un des accusés, Miroslav Marcek, est passé aux aveux. Cet ancien militaire, cheveux ras et en sweat-shirt, a raconté à la Cour comment, avec son cousin Tomáš Szabó, un ancien policier, il a commis l'irréparable dans la soirée du 21 février 2018, après plusieurs jours de planque devant la petite maison que retapait le couple, à Velká Maca. « J'ai attendu que l’occasion se présente. Quand Madame Kušnírová est allée à la salle de bain, j'ai frappé à la porte, Monsieur Kuciak a ouvert, je lui ai tiré une balle dans la poitrine. Malheureusement, j'ai vu qu'il y avait quelqu’un d’autre, elle s’est précipitée dans la cuisine et, là, je lui ai tiré dessus. Je sais qu'elle est morte sur le coup. En partant, j'ai tiré une nouvelle fois sur Ján Kuciak, qui gisait dans les escaliers ». Il a présenté ses excuses aux parents des victimes qui, à quelques mètres de lui, n’ont pu retenir leurs larmes. Comme eux, des journalistes présents dans le tribunal arboraient le badge noir et blanc qui montre le portrait des deux jeunes gens, devenu iconique pour la jeunesse slovaque.

Mais Monsieur Mar?ek n'était qu'un homme de main. Tous les regards convergent vers un homme brun et trapu du nom de Marian Ko?ner, le commanditaire présumé. Cet homme d'affaires richissime doublé d'un mafieux notoire a été impliqué dans les plus grands scandales de corruption de la décennie en Slovaquie. Pour prospérer, il avait mis sous sa coupe des procureurs, des juges, des hauts gradés de la police et même la Secrétaire d'Etat à la Justice. Il était allé jusqu’à planifier l'assassinat de deux procureurs et d'un ancien ministre de l'Intérieur qui lui faisaient obstacle. Ce dernier, Daniel Lipšic, aujourd’hui l'avocat de la famille Kuciak, lui fait face dans le tribunal. Le mobile de Monsieur Kocner, selon l'acte d'accusation : faire taire un journaliste qui, malgré les menaces, continuait inlassablement à exposer ses affaires véreuses, dans le journal Aktuality.sk. Comme beaucoup d’autres journalistes, dont certains présents ce jour d’audience, Monsieur Kocner avait fait surveiller Kuciak, espérant trouver de quoi le faire chanter, en vain.

Ils nient

Entouré de près par plusieurs policiers d’élite encagoulés et fusil d’assaut à la main, Marian Kocner nie tout implication et affirme qu'il avancera les arguments de sa défense le moment venu. Sa complice Alena Zsuzsová, elle aussi sur le banc des accusés, toute de noir vêtue, nie aussi avoir monté le commando pour le compte de celui qu’elle décrit comme «son ami et parrain de sa fille». Un cinquième accusé, Zoltán Andruskó, a d'ores et déjà été condamné à quinze années de prison à la fin du mois de décembre, dans le cadre d'un accord de collaboration avec la justice. C'est lui qui a «balancé» le nom de Monsieur Kocner à la police, immédiatement après son arrestation au mois de septembre 2018.

Nul doute que le procès va retentir sur les élections législatives qui se dérouleront le 29 février, car l’affaire a éclaboussé jusqu’au sommet du pouvoir. Un mouvement anti-corruption né dans le sillage du double meurtre a entraîné la démission du premier ministre Robert Fico, de son ministre de l'Intérieur et du chef de la police au printemps 2018. Mais, toujours à la tête du parti au pouvoir, le SMER, affilié aux sociaux-démocrates européens (S&D), le populiste Robert Fico espère bien revenir à la tête du gouvernement.

Créé: 14.01.2020, 20h03

Articles en relation

L'assassinat de Jan Kuciak, source d'une pression européenne sur la Slovaquie

#EU4YOU La mort du journaliste qui travaillait sur les liens entre autorités et mafia a déclenché un vif débat au Parlement européen. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève: les communes les plus riches ont le plus de chiens
Plus...