Passer au contenu principal

Imagine-t-on Fillon président mis en examen?

Le candidat des Républicains à la présidentielle est mis en examen. Mais contrairement à ce qu’il prétendait lors de sa campagne sur le thème de la probité, il ne se retire pas. Et alors?

CHRISTIAN HARTMANN, Reuters

François Fillon a été mis en examen pour «détournement de fonds publics», «recel d’abus de biens sociaux» et «manquement aux obligations déclaratives à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique». A la surprise générale, la convocation du candidat de la droite et du centre est intervenue avec vingt-quatre heures d’avance sur le rendez-vous annoncé. Cette attention aurait permis que l’audience se déroule dans un climat de sérénité, selon le communiqué de l’avocat de François Fillon. Cette mise en examen a été ordonnée par trois juges du pôle financier et concerne l’enquête sur les soupçons d’emplois fictifs au profit de sa femme, Penelope, et de deux de ses enfants. L’affaire avait été révélée par Le Canard enchaîné à la fin de janvier.

Qu’est-ce qui change?

Hier encore, Le Parisien révélait que les deux enfants de François Fillon impliqués dans cette affaire avaient rétrocédé une partie des revenus générés par les emplois en question. Marie Fillon a justifié cette démarche en affirmant qu’il s’agissait d’un remboursement de ses frais de mariage. Charles Fillon, quant à lui, a remboursé le loyer de l’appartement qu’il occupait lorsqu’il était en études ainsi que son argent de poche.

Selon Le Figaro, François Fillon a refusé mardi de répondre aux questions des juges et a lu une déclaration. Voilà pour les derniers soubresauts d’une affaire totalement inédite sous la Ve République. C’est la première fois qu’un présidentiable se présente tout en étant mis en examen. Mais qu’est-ce qui change avec ce nouvel épisode?

Pour la présidentielle

François Fillon a déjà assuré qu’il irait jusqu’au bout et qu’il ne s’en remettrait qu’au suffrage universel. Après avoir écarté tous les plans B, il s’est imposé notamment après le rassemblement du Trocadéro, à Paris, comme le seul candidat possible des Républicains. Mais cette affaire, si elle ne le fait pas dévisser dans les sondages, lui a tout de même coûté au moins six points dans les intentions de vote. En l’état, il ne serait pas qualifié pour le 2e tour.

La procédure

Mais techniquement, rien ne peut l’empêcher de se présenter. Et si les Français lui accordaient leur confiance le 7 mai, François Fillon, en tant que président, serait protégé par l’immunité présidentielle le temps de son mandat. A relever que ce n’est pas le cas de son épouse, qui doit, elle, se présenter devant les juges le 28 mars. Hypothétiquement, on pourrait donc voir un procès se dérouler avec une prévenue qui serait la femme du président en exercice. L’enquête qui s’ouvre maintenant avec la mise en examen risque en effet de prendre des mois, voire un ou deux ans, avant d’aboutir à un non-lieu ou à un renvoi en correctionnelle.

Immunité parlementaire

A noter que François Fillon, contrairement à Marine Le Pen, a décidé de se présenter à la convocation des juges malgré le fait que son immunité parlementaire pouvait l’en dispenser. Manière de se placer en chef de l’Etat potentiel, donc garant des institutions. D’ailleurs, dans sa déclaration aux juges que reproduit Le Figaro, il dit: «Je ne demande ni dérogation ni faveur, mais simplement le respect du droit.» Plus loin, il s’étonne de la célérité de la procédure. «Vous avez décidé de me convoquer de façon précipitée pour des faits remontant pour certains à près de vingt ans», écrit-il.

Et s’il n’est pas président

Si François Fillon n’est pas élu président en mai, mais réélu député en juin, la justice devra transmettre à l’Assemblée nationale une demande de levée d’immunité si elle estime les charges à son encontre suffisantes pour la correctionnelle. François Fillon risquerait, en théorie, la détention provisoire. Nous n’en sommes pas là. Et pour l’instant, ce sont les réactions des politiques qui questionnent sa présidentiabilité.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.