Sans être de gauche, Macron peut la sauver

Présidentielle 2017 L’ex-ministre de l’Economie se lance dans la course. Est-il pour autant de gauche? La bataille des courants est engagée. Enquête

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Emmanuel Macron est candidat à la présidentielle 2017. C’est depuis un atelier mécanique d’un centre de formation à Bobigny, en région parisienne, que l’ex-ministre de l’Economie et jeune étoile montante (38 ans) de la politique française a officialisé hier son ambition. Dans son court discours, Emmanuel Macron dit refuser la fatalité d’une France «bloquée par les corporatismes de tous ordres» et le «déclinisme». «Convaincu que notre pays a la force, le ressort, l’envie d’avancer», l’ancien banquier d’affaires s’est présenté en candidat anti-système et hors partis. Il a pourtant été ministre dans un gouvernement socialiste. Est-il pour autant de gauche?

«Voilà quelqu’un qui se déclare de gauche, perçu de non-gauche et qui a la bienveillance de droite», synthétise Frédéric Dabi, politologue et directeur général de l’institut de sondage Ifop. «En termes de popularité, Emmanuel Macron fait de meilleurs scores à droite qu’à gauche. L’intéressant est que, dans les analyses fines, ni son passé de banquier, ni la polémique du costard, ni celle de l’ISF n’impactent son image à gauche. Par contre, la loi Travail oui, elle qui a été perçue comme antisociale», analyse Frédéric Dabi.

Incitations

Intéressant quand on examine le programme économique d’Emmanuel Macron encore répété hier matin. «Je veux ouvrir le système à ceux qui en sont exclus, créer du mouvement, donner de l’agilité», répète-il depuis qu’il a lancé son mouvement «En Marche!» Concrètement, il entend offrir des droits au précaires, aux intérimaires et aux chômeurs avec un système d’incitations positives. En somme il persiste et signe avec ce qui était la première mouture de la loi Travail. Pourtant, la défense des droits acquis des salariés a mobilisé quatorze manifestations d’ampleur à Paris et dans les grandes métropoles de France avec la CGT en première ligne.

«Le discours d’Emmanuel Macron est contre la gauche des statuts. Selon lui, Uber est positif pour les jeunes. Mais le social-libéralisme à la Macron, est-ce encore la gauche?» s’interroge Remi Lefebvre. Le professeur de sciences politiques à l’Université de Lille pense qu’«Emmanuel Macron brouille les pistes. Mais cela reste du libéralisme mâtiné de social. C’est une rupture avec la gauche française», dissèque ce spécialiste reconnu de la gauche.

Destin lié à Hollande

Libéral, Emmanuel Macron? C’est certain aux yeux d’une majorité de Français qui le voient comme la principale incarnation actuelle de ce courant. Mais ils le qualifient également de pragmatique, affirme Frédéric Dabi qui travaille sur les représentations de l’opinion publique. On serait donc bien loin d’une candidature de gauche? «La classe politique et médiatique française est en retard sur les Français. Ils ont, eux aussi, abandonné le vieux clivage gauche droite. Le succès de Macron montre que le pays a évolué», pense Stéphane Rozès.

Pour le directeur de CAP (Conseils, analyses et perspectives), le positionnement de Macron est habile: «Idéologiquement, le pays s’est recentré sur le possible. Emmanuel Macron propose de redynamiser la société, de la mettre en mouvement en dénonçant la frilosité du haut et les corporatismes. Et il appuie ces propositions sur le talent des Français d’en bas à bouger tout en préservant notre modèle social», estime Stéphane Rozès.

Alors tout de même de gauche, Emmanuel Macron? Remi Lefebvre répond par une pirouette. «Paradoxalement, son sort est lié à celui de son parrain François Hollande. Si ce dernier perd la primaire à gauche, Macron apparaîtra comme le recours de la gauche. Au contraire, si Hollande gagne, tous les soutiens PS de Macron se rallieront à Hollande pour sauver ce qui peut l’être.»

(TDG)

Créé: 16.11.2016, 19h19

Sondage

Emmanuel Macron ferait-il un bon président pour la France?

Oui

 
34.0%

Non

 
48.0%

Je n'ai pas d'avis

 
18.0%

1049 votes au total


Brèves de primaire

Fillon à égalité avec Sarkozy Pour la première fois, un sondage publié hier met François Fillon à égalité avec Nicolas Sarkozy, à 25% des intentions de vote au premier tour de la primaire de la droite et du centre. Si l’ex-premier ministre parvenait à se qualifier dimanche pour le second tour, il gagnerait quel que soit son adversaire, selon OpinionWay. Fillon croit en ses chances au second tour entre «l’extrême prudence» de Juppé et le «retour en arrière» représenté par Sarkozy.

«La droite forte» avec Juppé Le très sarkozyste cofondateur de La droite forte, Geoffroy Didier, soutient Alain Juppé, le seul, selon lui, à pouvoir rassembler toutes les droites et les centristes, Modem de François Bayrou compris. Juppé reste en tête des sondages, avec 37% des voix, selon un sondage BVA publié hier. O.B.

Articles en relation

Une candidature Macron va-t-elle changer la donne?

Présidentielle en France L’ex-ministre de l’Economie devrait se déclarer candidat d’ici au 10 décembre selon son entourage Plus...

«Ségolène Royal va se présenter contre Manuel Valls, qu’elle hait!»

Interview Interview Daniel Cohn-Bendit dresse un bilan catastrophiste du quinquennat de François Hollande. Le héros de Mai 68 juge normal le retour de la droite... Et il nuance son soutien à Emmanuel Macron. Plus...

Jusqu’où ira le phénomène Macron?

France L’ex-ministre de l’Economie de François Hollande est déjà le troisième homme de la présidentielle. Premier meeting mardi à Strasbourg Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un arbre s'abat au cimetière des Rois
Plus...