La gauche française est en train d’exploser en direct

Présidentielle 2017Un Parti socialiste plus éclaté que jamais. Des soupçons de tricherie. Et un vainqueur potentiel, Benoît Hamon, sans soutien du parti…

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Le cadavre bouge encore. Mais on n’est plus très loin du pronostic vital!» Spécialiste du PS français, Rémi Lefebvre est professeur de sciences politiques à l’Université de Lille. Ce qu’il a vu ces dernières heures ne le rassure pas. Pour le PS, il parle de la fin d’un cycle qui avait commencé avec le congrès d’Epinay en 1971 et qui, sous la conduite de François Mitterrand, allait emmener le parti aux responsabilités.

Notre dossier: La présidentielle française de mai 2017

Sondage

Un éclatement du Parti socialiste français est:

Possible

 
19.3%

Impossible

 
3.1%

Nécessaire

 
21.1%

C'est déjà la réalité

 
53.0%

Je ne sais pas

 
3.6%

1709 votes au total


Le résultat d’une part, la participation d’autre part, et le soupçon de tricherie pour finir traduisent la défaite du socialisme de gouvernement. «On assiste à la panique de l’appareil socialiste qui voulait, à tout prix, remobiliser ses troupes et afficher une participation massive. Quoi qu’il en soit, le mal est fait. Le candidat qui sera désigné dimanche a perdu le peu de légitimité qui restait au PS», avance Rémi Lefebvre. Benoît Hamon, vainqueur du premier tour avec 36,3% des voix, affrontera Manuel Valls, qui a enregistré un 31,1%, dimanche prochain.

Quelle participation?

Un pataquès… Dimanche soir, le président de la haute autorité Thomas Clay estime la participation proche des deux millions de personnes. Durant toute la journée d’hier, les soupçons de surévaluation se multiplient. Aux dernières nouvelles, le PS parle de 1,6 million. D’autres informations, officieuses, évoquent 1,4 voire 1,2 million de votants.

«Cela rappelle les tripatouillages de 2008 pour éliminer Ségolène Royal au profit de Martine Aubry. Ça ne sent pas très bon. La dynamique était déjà faible, elle risque d’être cassée pour le deuxième tour», craint le politologue Roland Cayrol.

Les gauches irréconciliables

«La primaire devait rassembler, elle n’aura servi qu’à radicaliser les deux camps», met en exergue Rémi Lefebvre. La brutalité des discours des deux finalistes a frappé tous les observateurs. Benoît Hamon a gagné sur la critique du quinquennat et un programme utopiste qui va renvoyer le PS vers l’opposition. Manuel Valls joue désormais la carte de «lui ou le chaos».

«Défaite assurée. Irréaliste et irresponsable. Ce sont les mots de Valls pour qualifier le projet d’Hamon. Dimanche, le perdant doit se rallier et soutenir le vainqueur. Personne n’y croit!» souligne Roland Cayrol.

Macron et Mélenchon

«L’espace politique qui vient de s’ouvrir devant Macron va de Juppé à Valls en passant par Bayrou. C’est énorme», estime Rémi Lefebvre, pour qui la victoire de Benoît Hamon lors de la primaire de gauche est quasi acquise. Pour le coup, les deux autres candidats de gauche à la présidentielle peuvent espérer encore monter.

«Jean-Luc Mélenchon est déjà très haut. Il ne fera pas mieux que son 15% actuel. Par contre, Macron est neuf. Le PS est avant tout un parti d’élus peu en phase avec le gauchisme contestataire d’Hamon. Je pressens le ralliement à Macron de nombreux cadres du PS», avance Roland Cayrol.

Résumons: la primaire de la gauche a fait exploser le parti et le vainqueur du scrutin, Emmanuel Macron, n’y a pas participé? Nos deux experts acquiescent.

Créé: 23.01.2017, 22h16

Articles en relation

Mélenchon veut un ralliement mais pas d’alliance

Présidentielle 2017 Le chef de file de La France insoumise appelle le futur vainqueur de la primaire socialiste à se retirer de la présidentielle. Plus...

En tête, Benoît Hamon fait douter Manuel Valls

Présidentielle 2017 Qualifié d’utopiste, le frondeur et ancien ministre de l’Education bat le favori. Mais cette primaire de gauche a peu mobilisé et a vu l’élimination d’Arnaud Montebourg. Plus...

La drôle de primaire du PS sans réel vainqueur

France A trois jours du 1er tour de leur primaire, les candidats ont lâché les coups. Le PS retient son souffle jusqu’à dimanche Plus...

Macron: «Si Fillon gagnait, il ne pourrait pas gouverner»

Présidentielle 2017 Interview Candidat à la présidentielle hors primaire, l’ex-ministre de l’Economie mène une campagne à contre-courant: il croit en une Europe refondée. Plus...

Une biographie de Renzi pour comprendre Macron

Livre Giuliano Da Empoli décrypte l'ascension du Florentin. Un style et des méthodes qui ne sont pas sans rappeler un certain Emmanuel Macron. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.