Passer au contenu principal

«Les frappes en 2013 auraient changé la donne en Syrie»

François Hollande revient sur ses cinq ans de mandat et livre son regard sur l'actualité, égratignant au passage son successeur.

Bas Czerwinski / Gettyimages

Voilà un an qu’il a quitté le pouvoir. Un an qu’il observe les pas de son successeur dont il ne s’était pas suffisamment méfié. Il n’a plus parlé à Emmanuel Macron depuis la passation de pouvoir. François Hollande, qui vient de publier «Les Leçons du pouvoir» (éd. Stock), jette un regard lucide sur son propre mandat. Il n’écarte ni les remords (la déchéance de nationalité), ni les regrets (ne pas avoir accordé la PMA aux couples de femmes). Mais il a dû mal à cacher son doute sur le sacrifice politique qu’il estime avoir consenti en renonçant à se présenter. Avec des «si» et des «mais», n’aurait-il pas pu mettre une nouvelle fois l’Élisée en bouteille? L'ancien président français a reçu les correspondants de LENA et du Daily Telegraph pour évoquer les questions internationales, l'Europe, son bilan et son successeur.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.