François Hollande s’autoconvainc que la «France va mieux»

FranceInvité sur France 2, le président de la République a tenté de montrer la cohérence de son action. Pas certain qu’il ait été entendu. Ni qu'il n’ait écouté les questions. Analyse.

François Hollande, dans le pathos: «Etre président, c'est vivre avec la tragédie.»

François Hollande, dans le pathos: «Etre président, c'est vivre avec la tragédie.»

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Circonspect. Ahuri. Interloqué. Tels sont les sentiments qui dominent après les 90 minutes de «Dialogue citoyen» de François Hollande avec les Français, jeudi soir sur France2. Soit le président français n’est pas lucide, soit il est adepte de la méthode Coué.

Car c’est un fossé qu’on a vu s’ouvrir entre François Hollande et ses interlocuteurs. La situation du pays telle qu’elle est rapportée par les témoins invités et celle que François Hollande décrit en répondant sous forme de listing des mesures prises dans les domaines évoqués pouvait faire penser qu’ils ne vivent pas dans le même pays. Il y a eu chez François Hollande avant tout de l’exercice de l’autopromotion pour rappeler ce qu’il a fait, quand bien même cela aurait échappé aux Français. «La France va mieux», a-t-il répété.

En l’occurrence les thèmes abordés étaient l’entreprise, la radicalisation, la montée du FN à travers la paupérisation du pays et la déception de la jeunesse. Ce sentiment de malaise dans le récit de François Hollande, à moins que ce ne soit de l’habileté politique, se résume par la sentence de Marwen Belkaïd, le dernier témoin, en fin d’émission: «Si vous avez le sentiment que vous avez tenu vos promesses, moi je n’ai pas ce sentiment!»

Et que retenir de plus de ce dialogue de sourds? Que François Hollande prendra sa décision «à la fin de l’année» sur une candidature en 2017, qu’il n’y aura pas de loi sur le voile à l’école et qu’Emmanuel Macron «sait ce qu’il lui doit». Une manière assez discourtoise de souligner qu’il est encore le président. Et quoi encore? Que la déchéance de nationalité a été victime des «calculs politiques» et que Nuit Débout est un mouvement «légitime».

Hollande a parlé à gauche

On peut ainsi estimer que François Hollande est déjà en campagne pour 2017. Il n'a pas manqué de souligner tout le poids de sa charge: «Etre président, c'est vivre avec la tragédie.» Toujours excellent dans le sentiment, François Hollande sait faire passer une réelle empathie.

Par ailleurs, la quasi-totalité de ses messages allaient en direction de sa famille politique et cherchaient à rassurer cet électorat de gauche qui l’a porté à l’Elysée en 2012. «Les aides aux entreprises ne sont pas des aides aux patrons, ce sont des aides aux salariés», glisse-t-il par exemple d’entrée pour tenter de remettre en contexte la réforme de la loi Travail au-delà des résistances qui s’expriment à la fois dans la rue et parmi les chefs d’entreprise.

François Hollande répondait à une question du premier témoin de la soirée, une jeune cheffe d’entreprise de PME qui a tenté de décrire ses difficultés à recruter… C’était sans doute le point le plus décevant de l’émission, car il y avait sur ce thème matière à être beaucoup plus dans le concret que dans l’idéologie.

Sables mouvants

Ainsi François Hollande a donné à cette jeune entrepreneure un cours théorique de survie dans la jungle du code de travail français en la submergeant de dispositions et de mesures auxiliaires auxquelles elle pouvait accéder. On appelle cela faire disparaître son interlocuteur dans les sables mouvants.

Autre étonnement: la question de la sécurité n’a pas été abordée. Et ce, alors que le pays vit encore sous le régime de l’état d’urgence, et que le lien entre les attentats terroristes de Paris et de Bruxelles est définitivement établi. La France est à quelques mois de recevoir l’Eurofoot et il n'y a pas eu un mot sur ce rendez-vous.

Dernière déception... L’émission a été ennuyeuse et sans rythme. La multiplication des journalistes animateurs qui se relancent les uns les autres n’a fait que ralentir et alourdir les transitions. Le temps de parole est plus souvent utilisé pour «teaser», pour annoncer la question, que pour poser la question. Fastidieux.

Créé: 15.04.2016, 07h17

Articles en relation

François Hollande peut-il rebondir?

Jamais un président de la République n’a été à ce point délégitimé jusque dans ses propres rangs. D’ailleurs, huit Français sur dix ne veulent pas que François Hollande se représente en 2017. Plus...

Et si Hollande et Sarkozy n’étaient pas candidats

Présidentielle 2017 Martine Aubry se convertit à la primaire à gauche. Les quadras des Républicains pourraient faire chuter Sarkozy à la primaire. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Etude: les Suisses champions du monde pour restituer un portefeuille perdu
Plus...