La France refuse le développement de la Libra

CryptomonnaieLe ministre français des Finances estime que la souveraineté monétaire des États et la stabilité financière sont menacées par la cryptomonnaie de Facebook.

Bruno Le Maire s'est exprimé sur la Libra lors d'une conférence de l'OCDE consacrée aux défis des cryptomonnaies. (Photo d'illustration)

Bruno Le Maire s'est exprimé sur la Libra lors d'une conférence de l'OCDE consacrée aux défis des cryptomonnaies. (Photo d'illustration) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Bruno Le Maire a annoncé jeudi que la France refusait d'autoriser le développement «sur sol européen» de la Libra, la cryptomonnaie que Facebook veut lancer en 2020, estimant que «la souveraineté monétaire des États est en jeu».

«Je veux le dire avec beaucoup de clarté: dans ces conditions, nous ne pouvons pas autoriser le développement de la Libra sur le sol européen», a affirmé le ministre, à l'ouverture d'une conférence de l'OCDE consacrée aux défis des cryptomonnaies.

«La souveraineté monétaire des États est en jeu», a-t-il assuré dans son intervention, n'hésitant pas à qualifier de «systémiques» les risques que pourraient entraîner cette «privatisation éventuelle d'une monnaie [...] détenue par un seul acteur qui a plus de 2 milliards d'utilisateurs sur la planète».

«Toute défaillance dans le fonctionnement de cette monnaie, dans la gestion de ses réserves pourrait créer des désordres financiers considérables», a estimé M. Le Maire, redoutant également que la Libra se substitue à la monnaie nationale dans les États où la devise est faible ou connaît une forte dévaluation.

Risques liés au financement du terrorisme

Le ministre, qui avait déjà émis publiquement ses doutes sur le projet de monnaie virtuelle de Facebook lors du G7 Finances de Chantilly en juillet, a également exprimé ses craintes de voir la Libra échapper au contrôle des États sur le financement du terrorisme.

«Je ne vois pas pourquoi nous portons autant d'attention depuis des années à éviter toute utilisation d'une monnaie pour le blanchiment et pour la lutte contre le financement du terrorisme et qu'une monnaie digitale comme Libra échapperait à ces obligations», a-t-il affirmé.

Avec la création annoncée mi-juin d'une monnaie numérique offrant un mode de paiement alternatif aux circuits bancaires traditionnels, Facebook veut bouleverser le système financier mondial. Inspirée de crypto-actifs comme le bitcoin, elle doit toutefois être gérée par un consortium à but non-lucratif.

Le projet suscite néanmoins de vives inquiétudes tant de la part des banquiers centraux, des politiques que des autorités de régulation, au regard notamment des risques pour la stabilité financière. (afp/nxp)

Créé: 12.09.2019, 11h29

Articles en relation

Le libra nécessitera l'aval de la Finma

Monnaie virtuelle Pour son projet de monnaie électronique libra, Facebook doit attendre l'aval de L'Autorité de surveillance des marchés financiers (Finma). Plus...

Libra: les USA veulent travailler avec la Suisse

Monnaie virtuelle Le Trésor américain veut collaborer avec les autorités financières en Suisse pour le lancement de Libra, la crypto-monnaie de Facebook. Plus...

Les banques centrales craignent la Libra de Facebook

Numérique Le gouverneur de la Banque d’Angleterre propose de lancer une devise numérique. Plus...

Libra s'en remet aux autorités suisses

Monnaies virtuelles Le réseau social Facebook estime que la Suisse pourrait jouer un rôle dans le lancement de sa cryptomonnaie Libra. Plus...

Libra: les fans de monnaies virtuelles sur le qui-vive

Cryptomonnaies La cryptomonnaie que Facebook entend lancer suscite de plus en plus de scepticisme. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève éteint ses lumières le 26 septembre
Plus...