L’extrême gauche allemande se déchire sur l’immigration

AllemagneUne figure de proue de la gauche radicale lance un mouvement pour durcir la politique migratoire.

Sahra Wagenknecht préside le groupe parlementaire de la gauche radicale.

Sahra Wagenknecht préside le groupe parlementaire de la gauche radicale. Image: RALF ROLETSCHEK

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Rassembler la gauche pour contrer l’extrême droite? C’est le projet controversé de la star politique allemande Sahra Wagenknecht, qui compte réduire l’influence du parti Alternative für Deutschland (AfD), la première force d’opposition au Bundestag, en durcissant les positions de gauche sur l’asile.

Inspirée du succès de Podemos en Espagne, de la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon ou de Syriza en Grèce, Aufstehen (Traduisez: «Debout!» ou «Réveil!») va tenter de mobiliser très à gauche, mais sur le thème de la politique migratoire qui bouleverse le paysage politique allemand depuis 2015. Âgée de 49 ans, née d’un père iranien et d’une mère allemande, la présidente du groupe parlementaire de la gauche radicale (Die Linke) veut «mettre la pression» sur les partis de gauche pour qu’ils engagent une «autre politique migratoire», dit-elle. Sahra Wagenknecht veut en finir avec la «bonne conscience de gauche sur la culture de l’accueil» et ces «responsables vivant loin des familles modestes qui se battent pour défendre leur part du gâteau».

Crainte pour les bas salaires

«Une frontière ouverte à tous, c’est naïf. Ce n’est surtout pas une politique de gauche», insiste-t-elle. Les milliards dépensés par le gouvernement pour accueillir les demandeurs d’asile en 2015 «auraient pu aider beaucoup plus de nécessiteux en Allemagne», dit-elle. «Plus de migrants économiques signifie plus de concurrence pour décrocher des jobs dans le secteur des bas salaires. Le nombre de logements sociaux n’est pas non plus illimité», estime-t-elle.

Le lancement de ce nouveau mouvement de gauche, prévu le 4 septembre, a été mal perçu, surtout chez les sociaux-démocrates dont le déclin se poursuit inexorablement depuis la reconduite de la «grande coalition» avec Merkel. Le Parti social-démocrate (SPD), grand absent dans le débat sur la politique des réfugiés, se fait régulièrement dépasser par l’extrême droite dans les sondages. «Sahra Wagenknecht se met à rêver d’une gauche populiste en Allemagne», a dénoncé Thomas Oppermann, le président du groupe parlementaire SPD, qui l’accuse de monter les pauvres et les réfugiés les uns contre les autres.

Pour Die Linke, Aufstehen constitue une menace existentielle. Sahra Wagenknecht défend les mêmes causes que son propre parti, mis à part la politique migratoire. «Un mouvement qui nous affaiblit n’est pas acceptable», a déploré Bernd Riexinger, chef de Die Linke.

Mais le succès de son entreprise reste à prouver. Il est mis surtout en doute par les politologues. «Les mouvements de protestation naissent en général dans la rue. Aufstehen a été organisé d’en haut avec une personnalité très marquée politiquement», constate Gero Neugebauer, politologue à l’Université Libre de Berlin (FU).

Problème de crédibilité

Par ailleurs, l’ancienne cheffe de la «plateforme communiste» du parti a un problème de crédibilité. Omniprésente dans les talk-shows télévisés, cette brillante économiste fait désormais partie de l’establishment et des «élites» dénoncées par l’extrême droite. «Je ne comprends pas l’objectif de ce rassemblement, sinon celui de faire encore plus de pub à Sahra Wagenknecht dans les médias», a déploré Annalena Baerbock, la présidente du Parti écologiste.

Si les chances de réussite de ce rassemblement apparaissent réduites, les responsables politiques allemands restent néanmoins très prudents dans leurs pronostics. Depuis l’entrée de l’extrême droite au Bundestag, les Allemands sont confrontés eux aussi au populisme. Plus rien ne paraît impossible. (TDG)

Créé: 17.08.2018, 20h48

Articles en relation

La crise migratoire fait tanguer Merkel et l’Union européenne

Sommet européen Le «Germany first» signerait la mort de l’UE, prévient la chancelière. L’avenir politique de Merkel dépend de l’issue du sommet de Bruxelles. Plus...

La percée d’extrême droite gâche la victoire de Merkel

Allemagne La chancelière va rempiler, mais devra changer de coalition et affronter les ultras d’Alternative für Deutschland. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...