En évoquant les deux vies de Pétain, Macron s’attire une polémique

FranceHéros de la Grande Guerre puis traître à la patrie, la figure du maréchal a mis le président dans l’embarras

Emmanuel Macron lors de son déplacement mercredi à Charleville-Mézières.

Emmanuel Macron lors de son déplacement mercredi à Charleville-Mézières. Image: EPA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Mercredi matin, devant la préfecture des Ardennes, à Charleville-Mézières, le temps va bientôt s’assombrir, mais il y a encore un beau soleil. Emmanuel Macron arrive à pied pour présider un Conseil des ministres décentralisé. Au passage, des gens crient «Démission!» d’autres l’encouragent, il s’arrête et parle longuement avec des personnes exaspérées par la hausse des taxes sur le carburant. Les échanges sont vifs, il explique, il écoute, il réplique. À ses côtés, sa cheffe de presse écarte les journalistes, «C’est fini, on y va, on y va!» Mais c’est alors qu’une question émerge faiblement du brouhaha: «Faut-il honorer le maréchal Pétain aux Invalides?» Le président dresse l’oreille, il s’arrête. «Attendez, je veux répondre.» La polémique est sur le point d’éclater…

De quelle cérémonie parle-t-on? Chaque année, le 11 novembre, l’armée honore les huit maréchaux français qui ont conduit la guerre de 14-18. Parmi eux, Philippe Pétain, le héros de Verdun mais aussi l’homme de Vichy qui a autorisé les rafles juives. L’Élysée a intégré cette cérémonie dans le programme du centenaire, et si le président a décliné l’invitation, son chef d’état-major particulier y assistera. A-t-il décidé d’honorer Pétain? «Je considère qu’il est légitime que nous rendions hommage aux maréchaux qui ont conduit l’armée à la victoire», commence Emmanuel Macron au milieu de la foule. «Je n’occulte aucune page de l’histoire. Le maréchal Pétain a été un grand soldat pendant la Première Guerre mondiale, c’est une réalité de notre pays, c’est aussi ce qui fait que la vie politique comme l’humaine nature sont parfois plus complexes que ce qu’on voudrait croire. On peut avoir été un grand soldat pendant la Première Guerre mondiale et avoir conduit à des choix funestes durant la Seconde.»

Un maréchal qui ne l’est plus

Ces quelques mots déclenchent immédiatement la polémique. «Pétain est un traître et un antisémite. (…) L’histoire de France n’est pas votre jouet», tweete Jean-Luc Mélenchon. «Mettre à l’honneur cet homme condamné à l’indignité nationale en 1945 est une honte et une insulte», s’indigne le porte-parole du PS, Pierre Jouvet. Le Conseil représentatif des institutions juives rappelle que l’indignité nationale entraîne «la perte du rang dans les forces armées». En droit, le maréchal Pétain n’est plus maréchal. Quelques heures plus tard, à l’issue du Conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, répond avec hauteur: «Je n’entrerai pas dans cette mauvaise polémique.» Et il s’abrite derrière le général de Gaulle, qui avait dit de Pétain en 1966: «Sa gloire à Verdun ne saurait être contestée ni méconnue par la patrie.» Mais en France, la mémoire du maréchal est une matière hautement inflammable. Parmi les journalistes qui accompagnent l’itinérance, la température monte.

«Historiquement il a raison, politiquement il a tort», tranche l’un d’eux. Tous assiègent les services de l’Élysée, qui, en fin d’après-midi, craquent: «Ne seront honorés que les maréchaux présents aux Invalides», précise un communiqué, soit cinq d’entre eux, et pas Pétain… La complexité de l’histoire crânement revendiquée le matin même par le président Macron menace en soirée de virer au jésuitisme abscons.

Certes, la polémique retombera aussi vite qu’elle est montée, mais jeudi matin, pendant la visite des usines Renault à Maubeuge, le président donne au milieu des ouvriers l’explication finale: l’hommage individuel ira aux cinq maréchaux présents aux Invalides, les autres, dont Pétain, seront inclus dans l’hommage collectif. Ouf, nous voilà au clair quant à la complexité de la cérémonie… (TDG)

Créé: 08.11.2018, 22h39

Articles en relation

Grâce à la Grande Guerre, Macron part à l’offensive

France Le président tente de reprendre contact avec les Français au travers des commémorations du centenaire de l’Armistice. Plus...

Macron fatigué, la France est à l’article de la mort…

Chronique Xavier Alonso commente les effets du récent «coup de pompe» du président français. Plus...

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...