Passer au contenu principal

Ils éventrent un passeur de cocaïne pour la Suisse

La victime servait de «mule» pour un trafic entre l'Espagne et la Suisse. Le chef du réseau était installé à Berne.

Un tribunal de Madrid juge quatre narcotrafiquants présumés.
Un tribunal de Madrid juge quatre narcotrafiquants présumés.
AFP

Quatre narcotrafiquants présumés ont comparu lundi en justice à Madrid, accusés d'avoir laissé mourir en Espagne un passeur qui avait ingéré 67 capsules de cocaïne, ouvert son cadavre pour récupérer la drogue et jeté le corps démembré en France.

Le parquet réclame 30 ans de prison au total contre le chef présumé de l'organisation, et 24 ans à l'encontre de ses trois collaborateurs - deux hommes et une femme, sa nièce, pour «homicide» et «délit contre la santé publique».

Selon le dossier d'accusation, la victime, Fernando Bernardo, servait de «mule» pour le réseau: à partir de 2011, il avait voyagé, la drogue dans le ventre, entre la République dominicaine et l'Espagne, puis à partir de 2013, entre l'Espagne et la Suisse. Lui-même dépendant de la drogue, il avait contracté une dette envers le chef du réseau installé à Berne (Suisse).

Un jour d'été de 2014 fatal

Sous la surveillance de trafiquants, il était forcé d'avaler de nombreuses capsules de cocaïne dans un appartement d'un village du nord de l'Espagne puis était transporté en voiture jusqu'en Suisse, où il devait expulser naturellement la drogue.

Mais un jour d'été de 2014, «alors qu'il avait déjà ingéré 67 capsules, Fernando avait commencé à se sentir mal», selon le dossier d'accusation. Alors même qu'il vomissait et avait des convulsions, le couple qui le surveillait n'avait pas appelé de médecin mais seulement prévenu le «boss», selon le parquet.

Après le décès, le chef de réseau est accusé d'avoir lui-même incisé l'abdomen du cadavre pour récupérer la cocaïne.

Selon le parquet, les quatre accusés avaient ensuite décapité et démembré le corps, dont le dirigeant s'était débarrassé dans une zone boisée du Tarn, dans le sud de la France.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.