Passer au contenu principal

Les Etats priés de respecter leurs engagements budgétaires

Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso a appelé jeudi les dirigeants européens à respecter leurs engagements financiers.

Le siège de la Commission européenne, à Bruxelles.
Le siège de la Commission européenne, à Bruxelles.
Keystone

Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso veut éviter la cessation de paiements pour des programmes européens, dont «Erasmus », car le budget de l'UE est pratiquement à sec.

«Si aucune décision n'est prise au plus haut niveau politique (...), l'UE ne sera pas en mesure d'honorer les engagements pris dans le passé et la Commission ne disposera pas des moyens nécessaires pour lancer tous les nouveaux programmes ou pour répondre aux crises qui secouent nos voisins et des pays plus éloignés», a averti José Manuel Barroso dans une lettre à la présidence italienne du Conseil.

La situation est jugée très préoccupante par le commissaire au Budget Jacek Dominik. Le budget européen a dû régler en 2014 un montant de 26 milliards d'euros (31 milliards de francs) d'arriérés de 2013 présentés par les Etats pour des projets engagés.

Jacek Dominik met notamment en garde contre une interruption dans le paiement des bourses du programme «Erasmus ». Il s'inquiète également des difficultés pour les programmes humanitaires de l'UE et les soutiens à l'Ukraine, à la Géorgie et à la Moldavie.

Amendes imposées

L'intervention de José Manuel Barroso vise à convaincre les gouvernements de consentir une rallonge de 4,7 milliards d'euros (5,6 milliards de francs) pour boucler le budget 2014, et à renoncer à des coupes de 2 milliards d'euros dans le projet de budget 2015.

L'effort sera en partie couvert grâce aux amendes imposées par les services de la concurrence. «Une centaine de millions d'euros pour chaque Etat», a assuré une source communautaire.

Recherche, transports...

«Les propositions de la Commission correspondent au strict minimum requis pour enrayer la croissance des engagements restant à liquider, et remplir les obligations qui nous incombent au titre des engagements des années précédentes», soutient le président de l'exécutif bruxellois.

Les coupes réclamées par les gouvernements européens sur le projet de budget 2015 touchent tous les domaines sur lesquels les dirigeants de l'UE veulent porter leur action: recherche, transports, énergie, information et politique étrangère. Le Parlement européen doit se prononcer sur le projet de budget 2015 lors de sa session plénière du 20 au 22 octobre à Strasbourg.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.