Passer au contenu principal

«Nous sommes devenus les cibles d’Erdogan»

Les signataires d’un appel pour la paix dans les régions kurdes sont menacés. Une chercheuse turque témoigne à Genève.

Cagla Aykac, 40?ans, maîtresse de conférence en sciences politiques à Istanbul, était de passage à Genève en janvier.
Cagla Aykac, 40?ans, maîtresse de conférence en sciences politiques à Istanbul, était de passage à Genève en janvier.
Laurent Guiraud

«Nous ne serons pas complices de ce crime.» La pétition signée au début de janvier par 1128 intellectuels turcs, et désormais par plus de 2000, soulève l’ire d’Ankara. Elle réclame la fin de l’intervention des forces turques dans les régions kurdes et la reprise des négociations de paix avec les acteurs politiques kurdes, dont les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Pour ce fait de pacifisme, le président Recep Tayyip Erdogan, qui n’apprécie guère les commentaires sur sa façon de mener le pays, leur a déclaré la guerre.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.