Passer au contenu principal

Le désengagement dans le Donbass se veut prémices de paix

Alors que s’ouvrent à Paris les négociations entre la Russie et l’Ukraine, la situation militaire sur le terrain reste tendue.

Le soldat Kyrylo dans une tranchées des avant-postes ukrainiens, près de la ville d'Avdiivka. Cette zone est un point chaud de la ligne de front depuis le début de la guerre.
Le soldat Kyrylo dans une tranchées des avant-postes ukrainiens, près de la ville d'Avdiivka. Cette zone est un point chaud de la ligne de front depuis le début de la guerre.
AP/ Vitali Komar

«Nous entendons toujours des tirs d’artillerie ici et là, mais ils sont trop loin. Cela ne nous concerne plus.» Dans un champ en friche survolé de corbeaux, le lieutenant Soulimenko supervise trois de ses soldats occupés à creuser de nouvelles tranchées. De sa main, l’officier montre une colline boisée au loin. Son unité de l’armée ukrainienne y était déployée jusqu’à un désengagement coordonné avec les forces séparatistes soutenues par la Russie, fin octobre. Chacun s’est retiré d’un kilomètre sous la supervision de l’OSCE. «Ces nouvelles positions ne sont pas mauvaises. Il nous faut simplement le temps de nous réinstaller, comme quelqu’un qui achète un nouvel appartement.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.