Derrière le Mondial, l’exode des jeunes Croates s’accélère

CroatieSon équipe atteint la finale de la Coupe du monde, mais la Croatie se vide. Les jeunes rêvent d’une meilleure vie ailleurs.

Zagreb.Photo d’illustration.

Zagreb.Photo d’illustration. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Kristina Martinec a regardé elle aussi la rencontre entre la Croatie et l’Angleterre ce mercredi. Mais au lieu d’être sur la place principale de Zagreb, elle a fêté la victoire depuis Munich, en Allemagne. En 2015, elle a quitté la Croatie car elle n’y voyait «plus de perspectives». Et, comme elle, des centaines de milliers de ses concitoyens ont soutenu les Vatreni («les Ardents», le surnom de l’équipe nationale croate) depuis l’étranger. Car si l’ambiance est euphorique en ce moment en Croatie, le pays continue tout de même de se vider de sa population.

«Je suis partie après avoir travaillé pendant trois ans dans un bureau d’architectes. J’avais un travail, mais mon salaire me suffisait à peine pour payer mon loyer et la nourriture», raconte Kristina. En Allemagne, elle a trouvé la stabilité qui lui manquait en Croatie. Et même si elle ne mène pas «un train de vie luxueux», elle ne pense pas rentrer de sitôt dans son pays. «Ici, je peux pour la première fois faire des projets à long terme», explique-t-elle.

L’histoire de Kristina est loin d’être un cas isolé. Depuis plusieurs années, la Croatie enregistre une baisse de sa population. Un phénomène qui s’est accentué suite à l’entrée du pays dans l’Union européenne, le 1er juillet 2013. D’après l’Office national des statistiques, le nombre de Croates vivant dans le pays est passé de 4,28 millions en 2011 à 4,15 millions en 2017. Mais ces chiffres sous-estiment l’émigration, puisqu’il n’est pas nécessaire de déclarer aux autorités sa nouvelle résidence lorsqu’on part à l’étranger. Selon plusieurs démographes croates, le pays compterait aujourd’hui moins de 4 millions d’habitants. «Nos pays voisins, la Serbie ou la Bosnie-Herzégovine, qui ne sont pas dans l’UE, enregistrent aussi une forte émigration. Mais en Croatie, ce phénomène est plus visible et plus rapide depuis que les Croates n’ont plus besoin de visa pour travailler ailleurs dans l’UE», analyse Kresimir Ivanda, chercheur à l’Université de Zagreb et expert des questions démographiques. Parmi les raisons qui poussent les jeunes à partir, le spécialiste pointe le chômage, qui atteint 27% chez les moins de 25 ans, et le manque de perspectives. Le salaire moyen (750 euros) demeure aussi très bas par rapport à d’autres pays de l’UE.

Cette émigration constante vers l’Allemagne, la Scandinavie ou encore l’Irlande est aggravée par le manque d’immigration. Kresimir Ivanda souligne que «la Croatie n’a jamais développé une vraie politique d’immigration» et que son marché du travail n’attire pas la main-d’œuvre étrangère. «Lors de la crise migratoire dans les Balkans, très peu de réfugiés ont décidé de rester dans notre pays», note-t-il.

Conscients du fléau qui frappe leur société, les partis politiques croates de tout bord promettent des mesures. Pourtant, ils peinent à convaincre, même au sein de leur famille politique: en février dernier, le sous-secrétaire d’État à la démographie, à la famille et à la jeunesse, Marin Strmota, a démissionné pour protester contre l’inaction du gouvernement. L’Exécutif dont il faisait partie voulait augmenter le nombre de places dans les écoles maternelles ou encore revoir à la hausse les allocations familiales. Des mesures «folkloriques» d’après Marin Strmota, qui a averti: «Notre pays est en voie de disparition. (TDG)

Créé: 12.07.2018, 22h13

Articles en relation

Une revanche en finale avec France-Croatie

Demi-finale En 1998, Thuram avait éliminé la Croatie de Suker en demi-finale. Celle de Modric, qui a éliminé l’Angleterre, retrouve les Bleus. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.