Passer au contenu principal

Malgré la décrue, les Italiens doivent tenir et rester chez eux

Le pic de la contagion atteint, le pays se divise entre partisans d’un allègement du confinement et ceux qui redoutent une résurgence.

Une femme et son enfant au Circo Massimo de Rome, mercredi. Les règles du confinement ont été quelque peu assouplies en ce qui concerne les enfants.
Une femme et son enfant au Circo Massimo de Rome, mercredi. Les règles du confinement ont été quelque peu assouplies en ce qui concerne les enfants.
EPA

Si les enfants ne sont, en général, pas atteints par le coronavirus, ils sont devenus en Italie les otages de la politique. Le bras de fer sur les têtes blondes a éclaté avec l’émission d’une ordonnance du Ministère de l’intérieur leur concédant un droit de sortie. Pas question pour autant de leur laisser rejoindre leurs copains dans un parc ou de se promener en famille dans une forêt. Le texte n’autorisait qu’à un seul des parents de sortir avec un seul enfant, sans vélo ni trottinette, pour moins d’une heure, à proximité du domicile familial et à condition de conserver 1 mètre de distanciation. Après pratiquement un mois de confinement total dans les appartements, cet aménagement avait été jugé nécessaire par le ministre de la Famille pour l’équilibre psychologique des enfants.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.