Passer au contenu principal

Déchéance de la nationalité: le piège!

La perte de la nationalité pour les terroristes fragilise François Hollande. Histoire d’un autogoal.

Les mesures prônées par François Hollande pour contrer le djihadisme fragmentent et fragilisent la majorité.
Les mesures prônées par François Hollande pour contrer le djihadisme fragmentent et fragilisent la majorité.
Reuters

«C’est l’illustration de la méthode de cet homme qui se veut stratège et qui, à force de triangulations politiques et sous la pulsion des événements, a marqué un but contre son propre camp!» Pascal Perrineau, professeur à l’Institut d’études politiques de Paris, explique ainsi l’autogoal que le président de la République François Hollande s’est infligé. Car, avec la déchéance de nationalité pour les binationaux nés français et coupables de terrorisme, François Hollande a plongé sa majorité dans une crise sans précédent. En effet, deux mois après les attentats de novembre, il apparaît difficile qu’il parvienne à réunir les trois cinquièmes des voix nécessaires à faire adopter cette révision constitutionnelle. Cette dernière se résume désormais à cette seule mesure marquée du sceau de l’extrême droite et de la droite la plus réactionnaire: Nicolas Sarkozy comme Marine Le Pen en rêvaient.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.