Passer au contenu principal

«La Corse est perdue pour la République»

Dans un recueil qui vient de paraître, des procureurs menacés de mort témoignent de la dérive mafieuse de l’île de Beauté.

Le 6 février dernier à Ajaccio, cérémonie à la mémoire du préfet Claude Érignac, assassiné 21 ans plus tôt.
Le 6 février dernier à Ajaccio, cérémonie à la mémoire du préfet Claude Érignac, assassiné 21 ans plus tôt.
Pascal Pochard-Casabianca

Plusieurs fois reportée, la venue du président Macron sur l’île de Beauté est fixée à ce jeudi pour une déclinaison corse d’un «grand débat» avec les Français visant à désamorcer la crise sociale des «gilets jaunes». Alors que les attentats ont repris, l’ambiance sera tendue. Lundi, deux charges explosives ont été découvertes dans la région de Bastia. Le Parquet de Paris a confié l’enquête à la section antiterroriste. Mais qui prête encore attention au dialogue de sourds entre la capitale et sa tumultueuse Collectivité, depuis quatre ans aux mains d’élus nationalistes?

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.