Cinq raisons qui poussent les Britanniques à vouloir sortir de l’UE

BrexitA un peu plus de quatre mois du référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'Europe, les sondages sont au coude à coude.

Le premier ministre britannique James Cameron.

Le premier ministre britannique James Cameron. Image: Illustration/Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le 23 juin, les Britanniques devront se prononcer sur un choix crucial: le maintien ou pas du Royaume-Uni dans l'Union européenne. Aujourd’hui, la population britannique qui a toujours revendiqué sa souveraineté, (ils ont gardé leur monnaie et ne font pas partie de l’espace Schengen) est divisée, selon les derniers sondages le camp des anti-Brexit reste en tête, mais l'écart se réduit. Pour quelles raisons?

Reprendre le contrôle des frontières

Les partisans de la sortie du Royaume-Uni de l’UE estiment que le pays doit récupérer le contrôle de ses frontières pour limiter l’immigration, dont plus de la moitié provient de l’UE (en particulier des pays de l'Est). Leur but ? Réduire les prestations sociales pour les travailleurs européens, désengorger les services publics et réserver les emplois aux Britanniques. Le pays a connu un solde migratoire record en 2015 de 336000 personnes, dont 180000 en provenance de l’UE. Ils sont désormais deux millions de travailleurs des autres pays de l'UE à vivre outre-Manche. La libre circulation des travailleurs au sein de l’Union empêche Londres d'agir sur ces flux migratoires.

S'affranchir des régulations de Bruxelles

Bruxelles impose trop de régulations et de paperasse, avec un coût pour l’économie. Selon certaines études, l’application des règlements européens coûte plus de 10 milliards d’euros par an aux entreprises britanniques. Les partisans du Brexit, dont bon nombre de patrons de petites et moyennes entreprises, mettent en avant le gain de productivité et de croissance qui découlerait de l’extraction des entreprises britanniques des réglementations imposées par Bruxelles, ainsi que ses effets positifs sur le marché de l’emploi.

Economies substantielles

Une sortie de l’UE permettrait au Royaume-Uni de récupérer de récupérer sa contribution nette au budget européen de près de 12,3 milliards d’euros annuel. Selon les chiffres rassemblés par le Financial Times, un Brexit permettrait à Londres d’économiser 27,6 milliards d’euros d’ici 2019-2020, et ce même en prenant en compte l’arrêt du versement des subventions et aides européennes à l’agriculture ou l’économie britanniques.

Libéraliser le commerce

L'UE est le premier partenaire économique du Royaume-Uni (45% des exportations britanniques et 53% des importations en 2014), mais les pro-Brexit estiment que Londres pourrait faire mieux hors des Vingt-Huit. Débarrassés de Bruxelles, les acteurs du commerce extérieur espèrent négocier de nouveaux accords commerciaux avec les grands marchés que sont la Chine, l’Inde, les Etats-Unis et les émergents d'Asie ou d'Amérique latine. Par ailleurs, le pays pourrait maintenir ses relations commerciales avec l’UE via un accord de libre-échange, comme la Suisse ou la Norvège.

Retrouver la souveraineté nationale

Les pro-Brexit estiment qu’en quittant l’Europe, le Royaume-Uni retrouverait sa souveraineté nationale. Le pays resterait une voix influente, une puissance nucléaire membre de l’OTAN et du Conseil de sécurité de l’ONU.

Créé: 25.02.2016, 15h07

Articles en relation

Boris Johnson, un soutien au Brexit très calculé

Royaume-Uni Politicien le plus populaire de son parti, le maire conservateur de Londres vise la direction du parti et du pays. Plus...

Suspense à Bruxelles, où les négociations sur le «Brexit» patinent

Sommet européen Toujours pas de compromis entre Européens pour satisfaire le Royaume-Uni, qui menace de quitter l'UE. La nuit s'annonce mouvementée! Plus...

Dans l’UE, qui tient encore aux Britanniques?

Sommet européen Alors que le crucial sommet de l’UE a débuté jeudi, un sondage s’intéresse à la perception qu’ont les Européens du «Brexit». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dons d'organes: le Conseil Fédéral veut le consentement des proches
Plus...