Passer au contenu principal

Démission du président allemandChristian Wulff avait des contacts étroits avec la Suisse

Le président allemand qui vient de démissionner avait rencontré quatre fois Doris Leuthard et Micheline Calmy-Rey durant son mandat. Il avait été reçu en automne 2010 par le Conseil fédéral in corpore.

Christian Wulff avec Micheline Calmy-Rey lors d'une visite de la présidente helvétique à Berlin en janvier 2011.
Christian Wulff avec Micheline Calmy-Rey lors d'une visite de la présidente helvétique à Berlin en janvier 2011.
Keystone

Durant ses presque vingt mois à la présidence de la République d’Allemagne, Christian Wulff a entretenu des relations intenses avec la Suisse. Il a rencontré à quatre reprises Doris Leuthard et Micheline Calmy-Rey, respectivement présidentes de la Confédération en 2010 et en 2011.

Deux mois après son élection à la fin juin 2010, le plus jeune président allemand (51 ans à l’époque) a effectué en septembre une visite d’Etat de deux jours en Suisse. Il a été reçu avec les honneurs militaires par le Conseil fédéral in corpore.

La controverse sur le bruit des avions autour de l’aéroport de Zurich et les questions fiscales, notamment l’affaire du CD volé contenant des données bancaires de clients allemands, battaient leur plein. Christian Wulff et Doris Leuthard, alors présidente de la Confédération, n’avaient cependant guère abordé ces problématiques, préférant louer l’amitié entre les deux pays.

Solidarité

Le membre de l’Union chrétienne-démocrate (CDU) de la chancelière Angela Merkel avait jugé «normal» qu’il existe «des différences d’opinion et d’intérêts, même entre les meilleurs voisins». La démocrate-chrétienne avait insisté sur «la solidité de nos liens humains, économiques, politiques et culturels» comme «garante de la franchise de nos entretiens».

Quatre mois plus tard, à la fin janvier 2011, c’était au tour du président allemand de recevoir à Berlin avec les honneurs militaires la présidente de la Confédération Micheline Calmy-Rey. La socialiste venait plaider en faveur de l’impôt libératoire à la source sur les fonds des clients allemands en Suisse ainsi que pour la poursuite de la voie bilatérale entre les deux pays.

La rencontre quadripartite annuelle entre pays germanophones (Suisse, Allemagne, Autriche et Liechtenstein) a en outre donné à M. Wulff l’occasion de revoir les deux présidentes. Il s’est ainsi entretenu avec Mme Leuthard en novembre 2010 à Lübeck (D) et avec Mme Calmy-rey en septembre 2011 à Vaduz (FL).

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.