Les USA ont placé sur écoute Chirac, Sarkozy et Hollande

#FranceLeaksSelon des documents WikiLeaks, les USA ont placé sur écoute les 3 derniers présidents français. Hollande a annoncé un Conseil de défense mercredi.

François Hollande a annoncé mardi à 23 heures qu'il réunira mercredi matin à l'Elysée un Conseil de défense.

François Hollande a annoncé mardi à 23 heures qu'il réunira mercredi matin à l'Elysée un Conseil de défense. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les trois derniers présidents français et leurs plus proches conseillers ont été espionnés par les Etats-Unis, au moins de 2006 à 2012, selon des documents Wikileaks, divulgués mardi 23 juin au soir par Mediapart et Liberation.

Après la publication de ces documents mardi soir à 22 heures, François Hollande a convoqué un Conseil de défense mercredi à 9 heures pour «évaluer la nature» des informations du lanceur d'alerte.

«D'autres révélations viendront»

Les écoutes de Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande par l'agence de renseignement américaine NSA constituent en elles-mêmes la principale information délivrée par les deux médias, le contenu des documents publiés ne contenant pas de révélation fracassante.

>> Retrouvez l'intégralité du dossier sur les «FrenchLeaks» de Libération ici

Le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, a cependant affirmé mardi soir que d'autres révélations viendraient prochainement.

«Inacceptable»

L'entourage de Nicolas Sarkozy a fait savoir que l'ancien président jugeait «ces méthodes» d'espionnage «inacceptables en règle générale, et plus particulièrement entre alliés». L'entourage de Jacques Chirac n'a pas souhaité réagir «à ce stade».

Côté américain, le porte-parole du département d'Etat, John Kirby, a juste lâché: «Nous ne faisons pas de commentaires sur la véracité ou le contenu» des documents.

«Top-Secret»

Ces documents, classés «Top-Secret», consistent notamment en cinq rapports de l'agence de la NSA, basés sur des «interceptions de communication». Ils étaient destinés à la «communauté du renseignement» américaine et à des responsables de la NSA, selon Libération.

Ils émanent d'un bureau identifié comme étant celui des «Summary Services», le «service des synthèses».

Réunions secrètes sur le Grexit

Le document le plus récent date du 22 mai 2012, soit quelques jours après l'entrée en fonction de François Hollande. Il fait état de réunions secrètes destinées à discuter d'une éventuelle sortie de la Grèce de la zone euro.

«Hollande est très inquiet pour la Grèce», écrit la NSA, qui affirme également que le chef de l'Etat avait trouvé la chancelière allemande Angela Merkel, qu'il avait rencontrée à Berlin le jour même de son investiture, le 15 mai 2012, «obnubilée par le 'Pacte budgétaire' et surtout par la Grèce qu'elle a laissée tomber, selon lui, et n'en bougera plus».

La France devant les USA pour Sarkozy

Autre révélation, le président Hollande, après avoir rencontré Angela Merkel, a contacté le chef du SPD Sigmar Gabriel et l'a invité à Paris pour qu'ils puissent discuter. Son Premier ministre d'alors, Jean-marc Ayrault, lui conseille de garder l'évènement secret pour éviter les «problèmes diplomatiques», si la chancelière venait à apprendre que Paris rencontrait l'opposition allemande à son insu.

Quant à Nicolas Sarkozy, la NSA affirme, après la crise financière de 2008, qu'il «croit que Washington tient désormais compte de certains de ses conseils». «Selon lui, c'est la première fois que les États-Unis n'ont pas agi en leaders dans la gestion d'une crise mondiale et la France va maintenant prendre la main», écrit encore la NSA.

«Sarkozy se voit comme le seul à pouvoir résoudre la crise financière mondiale», estime également l'agence américaine. Elle affirme que Nicolas Sarkozy envisageait aussi de faire appel au président russe d'alors, Dimitri Medvedev, pour «une éventuelle initiative commune» au Proche-Orient, mais «sans les Etats-Unis».

«Paris est parfaitement conscient de l'espionnage»

Le 24 mars 2010, la NSA transmet le compte-rendu d'une conversation entre l'ambassadeur de France à Washington, Pierre Vimont, et le conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy à l'Elysée, Jean-David Levitte. L'objet : les thèmes que le président français veut aborder lors de son entretien prévu le 31 mars avec Barack Obama.

«L'échange prouve que Paris est parfaitement conscient de l'espionnage américain», écrit Mediapart.

Contacté par Mediapart, Jean-David Levitte ne s'est d'ailleurs pas déclaré «surpris». «Quand j'ai été ambassadeur à l'ONU, puis à Washington, puis dans mes fonctions à l'Élysée, aussi bien auprès de Jacques Chirac que de Nicolas Sarkozy, je suis toujours parti du principe que j'étais écouté. Cela va avec la fonction... Une fois qu'on a intégré cela, on adapte ses pratiques», affirme le diplomate.

Douste-Blazy gaffeur selon Chirac

Enfin, la NSA affirme que la façon dont Jacques Chirac donnait des ordres à Philippe Douste-Blazy (qu'il avait chargé de soutenir la nomination du Norvégien Terje Roed-Larsen comme secrétaire général-adjoint de l'ONU) prouvait qu'il percevait son ministre des Affaires étrangères comme ayant une «propension (...) à faire des déclarations inexactes et inopportunes».

L'ancien consultant de la NSA, Edward Snowden, avait déjà fait des révélations en 2013 portant sur un vaste système de surveillance des conversations téléphoniques et des communications en Allemagne via interne, jusqu'à un téléphone portable de la chancelière, pendant plusieurs années. (afp/nxp)

Créé: 23.06.2015, 22h10

Washington ne commente ni ne dément

La Maison Blanche s'est refusée mardi 23 juin à commenter ou démentir les informations selon lesquelles les Etats-Unis ont espionné les trois derniers présidents français.

«Nous ne faisons pas de commentaires sur des allégations spécifiques liées au renseignement», a déclaré Ned Price, porte-parole du Conseil de sécurité nationale (NSC).

«De manière générale, nous ne menons pas d'opérations de surveillance à l'étranger sauf s'il existe un objectif de sécurité nationale spécifique et validé», a-t-il poursuivi dans un communiqué. «Cela s'applique aux citoyens ordinaires comme aux dirigeants mondiaux», a-t-il encore indiqué.

Articles en relation

Julian Assange reclus depuis 3 ans à l'ambassade de l’Équateur à Londres

Grande-Bretagne Réclamé par la justice suédoise, le fondateur de WikiLeaks a demandé l'asile à Quito. Il craint d'être extradé vers les Etats-Unis. Plus...

276'000 nouveaux documents de Sony mis en ligne

WikiLeaks WikiLeaks a publié plus de 276'000 nouveaux documents des studios Sony pour montrer «les engrenages de la multinationale». Plus...

Manning, taupe de WikiLeaks, tweete en prison

Etats-Unis Le compte de Chelsea Manning compte plusieurs milliers d'abonnés. Elle a envoyé vendredi son premier message. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Jocelyne Haller refuse son élection
Plus...