«Je ne suis pas Charlie», clament-ils

Voix dissonantesA l'extrême droite, chez certains islamistes, dans des collèges et lycées, aux Etats-Unis, ils ne se reconnaissent pas dans la formule qui a soudé les Français.

Jean-Marie Le Pen a affirmé

Jean-Marie Le Pen a affirmé "Je ne suis pas Charlie" (image d'archives). Image: AP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans le concert d’unanimité de «Je suis Charlie» en France, quelques voix, peu nombreuses, clament «Je ne suis pas Charlie». Alors que le pays est en deuil, ils se désolidarisent de la communauté nationale. Le vieux chef de l’extrême droite, Jean-Marie Le Pen a déclaré «désolé, je ne suis pas Charlie». En ajoutant «je suis Charles Martel», le personnage historique préféré des mouvements anti-immigrés en France.

Il n’est pas le seul. Sur les ondes de la RTS, Tariq Ramadan a condamné l’attentat, mais ne se retrouve pas non plus dans la formule «Je suis Charlie», critiquant la stigmatisation «à géométrie variable» de l’hebdomadaire. Dans quelques collèges et lycées, le logo «Je ne suis pas Charlie» a aussi fait son apparition sur des vestes et sacs. Le ministère de l’Education nationale a signalé environ 70 établissements sur 64 000, où des perturbations ont eu lieu, en lien avec l’attentat. Avec par exemple, des élèves qui refusent de respecter la minute de silence, parce que d’autres morts en Syrie ou en Palestine n’ont pas eu le même hommage.

Dans le métro parisien, des tags «Vive Dieudo» sont apparus, ce week-end. Son parti, le parti antisioniste n’hésitait pas à faire de l’attentat contre la rédaction de l’hebdomadaire satirique un complot sioniste. Sur la Toile, certains osaient même afficher «Je suis Kouachi» ou «Je suis Coulibaly», le nom des terroristes de Charlie et du magasin casher de la porte de Vincennes.

Dans le New York Times, le titre «I’m not Charlie» de l’éditorial de David Brooks affirmait que «les journalistes de Charlie Hebdo n’auraient pas duré 30 secondes sur un campus américain». Il rappelle que des professeurs et des étudiants ont été sanctionnés pour avoir offensé des groupes comme la NRA (National rifle association), des religieux ou des défenseurs du mariage homosexuel. Et demande aux Américains de ne pas se montrer «hypocrites», estimant qu’il est inexact de prétendre être «Je suis Charlie». «La plupart d’entre nous ne s’engagent pas dans ce type d’humour délibérément insultant».

Créé: 11.01.2015, 21h53

Articles en relation

Un tsunami pour emporter les ennemis de la liberté

France 3,7 millions de Français défilent après le massacre à la rédaction de «Charlie Hebdo». 1,5 million pour la seule marche de Paris. C’est la plus grande mobilisation de rue jamais enregistrée outre-Jura. Plus...

La piste de Daech et d’Al-Qaida au Yémen

Charlie Hebdo Editorial Chérif Kouachi dit avoir été envoyé par Al-Qaïda, Coulibaly par l'organisation Etat islamique. Plus...

L'Europe s'organise

Lutte antiterroriste Editorial Face à la menace d'attentats, Bruxelles va renforcer son dispositif antiterroriste. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Venise sous les eaux
Plus...