Passer au contenu principal

Ce qui va changer pour l'UE et le Royaume-Uni

Si une période de transition est prévue tout au long de 2020, des changements pratiques sont d'ores et déjà prévus.

Le Brexit est intervenu vendredi à minuit, soit 1317 jours après la décision des Britanniques de quitter l'Union européenne.

Les échanges quotidiens entre le Royaume-Uni et l'UE vont continuer comme avant jusqu'au 31 décembre 2020. Pendant cette période de transition, Londres et Bruxelles vont négocier leur relation future. Quelques changements pratiques vont toutefois intervenir d'ici là.

L'Union européenne perd pour la première fois un Etat membre, qui plus est la deuxième économie du bloc. Avec le départ de 66 millions d'habitants, l'UE voit sa population passer à quelque 440 millions. Son territoire diminue de 5,5%.

Si jamais le Royaume-Uni décidait un jour de revenir, il devrait se soumettre à la procédure d'adhésion habituelle.

Les institutions

A Bruxelles et Strasbourg, le retrait de l'Union Jack devant le Parlement européen symbolise un changement bien réel: le Royaume-Uni sort de l'UE et devient un «pays tiers».

Plus aucun des 73 eurodéputés britanniques élus en mai ne siège. A leur place, s'installent 27 représentants de 14 Etats membres - les sièges restants étant gardés en réserve en cas d'élargissement - dans une assemblée qui passe de 751 à 705 membres.

Le Premier ministre britannique ne sera plus invité aux sommets européens, pas plus que les membres du gouvernement n'assisteront aux réunions ministérielles.

Les Britanniques travaillant déjà dans les institutions européennes peuvent y finir leur carrière, mais il n'y a plus d'embauche de fonctionnaires britanniques et les concours ne leur sont plus ouverts, dès avant la fin de la période de transition. Nombre de ces fonctionnaires européens britanniques ont toutefois acquis une double nationalité.

Le Royaume-Uni reste soumis à la Cour de justice de l'UE, compétente pour toutes les procédures introduites avant la fin de la période de transition. Mais les mandats des trois juges britanniques de la Cour et du Tribunal prennent fin immédiatement, tandis que l'avocate générale de ce pays continuera à siéger en attendant son successeur.

Pour le budget, le Royaume-Uni, deuxième contributeur net derrière l'Allemagne, continue à verser sa part jusqu'à la fin de la transition.

Droits des citoyens

Selon les Nations unies, environ 1,2 million de citoyens britanniques vivent dans un pays de l'UE, principalement en Espagne, Irlande, France, Allemagne et Italie. Selon l'office britannique des statistiques, 2,9 millions de ressortissants des 27 pays de l'UE vivent au Royaume-Uni, soit 4,6% de la population.

En vertu de l'accord de retrait, les expatriés installés de part et d'autre de la Manche avant la fin de la période de transition conservent leurs droits de résider et de travailler dans leur pays d'accueil.

Les citoyens européens résidant au Royaume-Uni doivent s'enregistrer pour bénéficier de ces droits. Pour les Britanniques vivant dans l'UE, les procédures diffèrent d'un pays à l'autre. La liberté de circulation s'applique jusqu'à fin décembre 2020. Les détails des droits réciproques seront négociés après le Brexit.

Les négociations

Le Royaume-Uni a déjà passé plusieurs années à négocier les termes de son départ avec l'équipe de la Commission européenne dirigée par le Français Michel Barnier.

Mais les négociations entrent désormais dans une nouvelle phase. Michel Barnier présente lundi son mandat de négociation pour la relation future, en particulier au niveau commercial.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.