Le cardinal de Lyon savait pour les prêtres pédophiles

FranceAu moins deux affaires portées par des victimes mettent en cause le cardinal Barbarin. L’épiscopat de Lyon est dans la tempête. Le pape est appelé à arbitrer.

Philippe Barbarin: «Jamais, jamais, jamais je n’ai couvert le moindre acte de pédophilie.» Et pourtant des victimes disent le contraire. L'affaire remonte jusqu'au pape.

Philippe Barbarin: «Jamais, jamais, jamais je n’ai couvert le moindre acte de pédophilie.» Et pourtant des victimes disent le contraire. L'affaire remonte jusqu'au pape. Image: ERIC CABANIS/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Jamais, jamais, jamais je n’ai couvert le moindre acte de pédophilie.» Le cardinal Philippe Barbarin s’est voulu net et limpide hier. Car ce prélat d’importance dans l’Eglise catholique française, déjà mis en cause pour sa gestion d’une première affaire, doit faire face à un nouveau témoignage, publié par le Figaro, et impliquant un autre prêtre pédophile. En marge de la réunion des évêques de France à Lourdes, le cardinal Barbarin se retrouve au cœur de la tempête et a donc convoqué une conférence de presse. La crise est importante et le diocèse de Lyon s’est attaché les services d’un cabinet de communication…

«Il y a un manque de discernement manifeste chez le cardinal Barbarin», analyse Christian Terras, rédacteur en chef de la revue catholique progressiste Golias. «Ses explications depuis Lourdes sur cette dernière affaire demeurent pas très claires. En 2009, alors qu’il apprend les faits, il se contente d’un examen de conscience avec le prêtre. Le temps n’y fait rien: on sait que les victimes mettent souvent plus de vingt ans à verbaliser leur souffrance.»

Le témoignage accablant du Figaro

En effet, le témoignage du Figaro est accablant. La victime dit avoir rencontré le cardinal Barbarin qui aurait reconnu être parfaitement au courant des faits. «Le cardinal m’a demandé pardon au nom du prêtre. Je suis choqué qu’il n’ait pas pris la mesure du problème et qu’il se soit abrité derrière la prescription pénale», avance la victime.

C’est bien là, la complexité de l’affaire Barbarin. Depuis qu’il est évêque, l’homme d’Eglise a en effet dénoncé et suspendu deux prêtres impliqués dans des abus envers des mineurs. Mais c’est sa gestion d’affaires antérieures à son ministère qui est condamnée. Elles touchent des prêtres passés entre les mailles du filet et dont la dénonciation des abus intervient longtemps après les faits. Trop longtemps pour que la justice ne puisse intervenir.

Ainsi, cette affaire révélée par le Figaro, journal pourtant très catho-conservateur, s’ajoute à celle des scouts lyonnais rendue publique lundi dernier par une lettre de l’association de victimes «La parole libérée». Elle met en cause la hiérarchie catholique, et encore le cardinal Barbarin, de n’avoir pas mis «hors d’état de nuire» un autre prêtre pédophile pour des actes vieux de 20 ans. Les anciens scouts lyonnais ont demandé une audience privée au pape François. Ils dénoncent ainsi l’attentisme du cardinal Barbarin qui aurait mis plus de dix mois à intervenir.

Le pape appelé à l’aide

L’association annonce vouloir déposer une plainte pour non-dénonciation de faits de pédophilie. «Le cardinal Barbarin pourrait être amené à démissionner. L’affaire est gravissime, car il a intériorisé la défense de l’institution plus que celle des victimes. Cela va totalement à l’encontre de la doctrine de l’Eglise catholique de ces dernières années. Cet appel au pape est une excellente manière de le prendre au mot. Car le pape François prêche la tolérance zéro. De nombreux croyants ont totalement perdu confiance en l’épiscopat et en le cardinal Barbarin», glisse Christian Terras. (TDG)

Créé: 15.03.2016, 18h40

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'affaire Maudet inquiète jusqu'à Berne
Plus...