Le cardinal Barbarin va remettre sa démission

PédophilieLe cardinal lyonnais était accusé de ne pas avoir dénoncé un prêtre pédophile de son diocèse. Ses avocats vont déposer un appel mais le prélat compte démissionner.

Le cardinal Philippe Barbarin est accusé d'avoir couvert les agissements d'un prêtre. (Photo d'archives)
Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le cardinal français Philippe Barbarin a annoncé jeudi qu'il va remettre sa démission au pape François. Le primat des Gaules a été condamné à six mois de prison avec sursis dans la matinée pour non-dénonciation des agressions pédophiles d'un prêtre du diocèse de Lyon.

«J'ai décidé d'aller voir le Saint-Père pour lui remettre ma démission. Il me recevra dans quelques jours», a indiqué devant la presse l'archevêque de Lyon après avoir dit «prendre acte de la décision du tribunal».

«Indépendamment de mon sort personnel, je tiens à redire toute ma compassion pour les victimes et leurs familles», a-t-il ajouté dans une brève déclaration de moins d'une minute. En avril 2016, aux débuts de l'affaire, le prélat avait déjà proposé sa démission mais celle-ci avait été refusée par le pape.

«Trop tard»

Dans un communiqué transmis quasi-instantanément à la presse, la Conférence des évêques de France (CEF) a également «pris acte de la décision de justice» et estimé que le choix du primat des Gaules de présenter sa démission au pape François relevait «de sa conscience personnelle». «Il appartiendra au pape de lui donner la suite qu'il jugera opportune», a encore estimé la CEF.

L'annonce de la démission du cardinal Barbarin «arrive trop tard pour l'Eglise», a pour sa part estimé François Devaux, cofondateur de l'association de victimes «La Parole libérée». «Il était temps. Fallait-il aller aussi loin pour prendre une telle décision ?», a ironisé François Devaux, interrogé par l'AFP.

«Ça fait quatre ans qu'on dit la même chose et que personne ne voulait entendre. La décision aurait dû être prise depuis très longtemps. C'est le pape qui aurait dû prendre cette décision», estime-t-il.

Un choix «en conscience»

Philippe Barbarin, 68 ans, a été condamné en première instance à six mois de prison avec sursis pour non-dénonciation d'agressions pédophiles commises par un prêtre dans son diocèse. Ses avocats ont annoncé qu'ils faisaient appel.

Alors que le parquet avait classé sans suite une procédure contre le cardinal Barbarin, et que celui-ci était poursuivi sur citation directe par l'association «La Parole libérée», le tribunal s'est montré sévère à son égard dans ses attendus.

«Alors même que ses fonctions lui donnaient accès à toutes les informations et qu'il avait la capacité de les analyser et les communiquer utilement, Philippe Barbarin a fait le choix en conscience, pour préserver l'institution à laquelle il appartient, de ne pas les transmettre à la justice», a relevé le jugement.

Le prêtre accusé des actes pédophiles, Bernard Preynat, n'a pas encore été jugé pour les faits antérieurs à 1991 qui lui sont imputés. (afp/nxp)

Créé: 07.03.2019, 13h50

Articles en relation

Une plainte civile contre le cardinal Pell

Pédophilie Accusé d'abus sexuels sur mineurs commis dans les années 70, le cardinal australien George Pell fait l'objet d'une plainte au civil. Plus...

Un film risque de ternir l'image de Michael Jackson

Etats-Unis Un documentaire, qui sort dimanche, livre sans filtre des révélations sur des actes de pédophilie attribués au roi de la pop. Plus...

Sommet sur la pédophilie: le pape veut «du concret»

Vatican Le pape François a réclamé des «mesures concrètes» devant tout ce que l'Église catholique compte de responsables dans le monde. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Maudet s'oppose au budget 2020
Plus...