Passer au contenu principal

Les «Brexiteers» honnissent le passeport post-Brexit

Les partisans du Brexit se sont étranglés en apprenant que le contrat pour le futur passeport britannique avait été confié à une entreprise franco-néerlandaise.

Dans son discours, Boris Johnson a promis de donner plus de pouvoirs aux communautés locales et de renforcer les infrastructures de télécommunications et de transport. (Samedi 27 juillet 2019)
Dans son discours, Boris Johnson a promis de donner plus de pouvoirs aux communautés locales et de renforcer les infrastructures de télécommunications et de transport. (Samedi 27 juillet 2019)
Keystone
Le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, s'est attiré des critiques du monde diplomatique, pour avoir comparé l'Union européenne à l'Union soviétique. (1er octobre 2018)
Le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, s'est attiré des critiques du monde diplomatique, pour avoir comparé l'Union européenne à l'Union soviétique. (1er octobre 2018)
AFP
Le Parlement britannique va se prononcer sur la tenue d'élections législatives anticipées, prévues le 8 juin. (Mercredi 19 avril 2017)
Le Parlement britannique va se prononcer sur la tenue d'élections législatives anticipées, prévues le 8 juin. (Mercredi 19 avril 2017)
AFP
1 / 150

Les partisans du Brexit enragent. En effet, les autorités ont choisi la future entreprise qui sera chargée de confectionner le futur passeport du Royaume-Uni. Et c'est la société franco-néerlandaise Gemalto qui a remporté le contrat au nez et à la barbe de sa rivale britannique De La Rue, comme l'explique The Independant.

En mars 2019

Le nouveau document officiel perdra sa couleur bordeaux typique de l'Union européenne pour retrouver sa couverture traditionnelle bleue et or. Il entrera en fonction après l'entrée en vigueur du Brexit en mars 2019. Le montant du contrat est estimé à 490 millions de livres sterling (environ 657 millions de francs suisses).

De La Rue a émis mardi un avertissement sur bénéfice après avoir vu le contrat lui échapper, revoyant à la baisse ses prévisions de résultat sans donner de détails.

Volée de bois vert

En attendant, la décision des autorités est soumise à un feu roulant de critiques. Le député conservateur Bill Cash, président du Commons European Scrutiny Committee, a estimé que le choix de l'entreprise «était complètement erroné du point de vue symbolique et inutile».

Priti Patel, ancienne ministre pro-Brexit de Theresa May, est allée plus loin encore dans les colonnes du tabloïd The Sun. «Confier ce travail dans des mains françaises est tout simplement étonnant. C'est une humiliation nationale.»

Le député conservateur Jacob Rees-Mogg, un des principaux soutiens à un Brexit dur, s'est dit «désolé de la nouvelle, d'autant plus que De La Rue a une usine dans ma circonscription. C'est vraiment étrange de voir un de nos symboles nationaux produits à l'étranger.»

En vertu de la législation européenne

Tom Brake, un élu libéral-démocrate favorable au Brexit, s'étrangle. «Nous apprenons maintenant que nos passeports seront imprimés par une entreprise étrangère. Et pour ajouter l'insulte à l'humiliation, nous devrons payer encore davantage parce que la valeur de la livre sterling a chuté depuis le vote sur le Brexit et que ces documents devront être importés.»

Une porte-parole du Home Office a défendu la décision des autorités britanniques, qui a été prise en conformité avec la législation européenne encore en vigueur. «Nous avons organisé au mise au concours ouverte et équitable pour s'assurer que le futur fournisseur puisse livrer un produit de haute facture et sécurisé afin d'offrir le meilleur rapport qualité-prix aux clients. Nous n'avons jamais exigé que ces passeports soient fabriqués dans le Royaume-Uni.»

L'affaire a provoqué de nombreuses réactions et autres moqueries sur les réseaux sociaux, les internantes s'en donnant à coeur joie.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.