Brexit: Londres devra régler la facture

Royaume-UniLa Commission européenne a prévenu la Grande-Bretagne qu'elle devra payer 50 milliards de francs pour solder ses engagements envers l'UE. Et ce même en cas de «no deal».

Boris Johnson a déclaré à plusieurs reprises que si le Royaume-Uni quittait l'UE sans accord, il n'aurait pas à régler les 39 milliards de livres.
Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Royaume-Uni devra régler la facture de 43 milliards d'euros (46,9 milliards de francs) pour solder ses engagements auprès de l'UE. Cela même en cas d'absence d'accord (ou «no deal») lors du Brexit, a prévenu lundi la Commission européenne.

«Tous les engagements pris par les 28 États membres doivent être honorés. C'est également vrai dans un scénario sans accord, où le Royaume-Uni devrait honorer tous les engagements pris pendant son adhésion à l'UE», a affirmé la porte-parole de la Commission européenne, Mina Andreeva, lors du point presse quotidien. «Solder les comptes est essentiel pour commencer une nouvelle relation du bon pied, fondée sur la confiance mutuelle», a-t-elle ajouté.

Le premier ministre britannique, Boris Johnson, a déclaré à plusieurs reprises que si le Royaume-Uni quittait l'UE sans accord, il n'aurait pas à régler les 39 milliards de livres sterling destinés à solder ses engagements avec l'UE au moment de son départ.

Il a répété dimanche à la chaîne britannique ITV que dans ce cas, cet argent ne serait «plus, à proprement parler, dû». Selon M. Johnson, cette somme serait en revanche disponible pour aider à gérer les conséquences liées à cette sortie brutale.

Possibles représailles

Cette position l'expose à des représailles de la part de ses partenaires européens. Le Royaume-Uni doit quitter l'Union européenne le 31 octobre, mais les perspectives d'un accord de sortie ordonnée avec l'UE sont mises à mal par la question de la frontière irlandaise.

L'accord conclu entre Londres et l'UE en 2018, rejeté à plusieurs reprises par le parlement britannique, comprend en effet un mécanisme dit de «filet de sécurité», ou «backstop», auquel s'opposent les Britanniques.

Cette disposition controversée, sorte de «police d'assurance» pour l'UE, vise à éviter qu'émerge à nouveau après le Brexit une frontière entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande au sud, au risque de réveiller le conflit sur l'île. (ats/nxp)

Créé: 26.08.2019, 14h15

Le chef du Labour met en garde contre un Brexit favorable à Trump

Le chef de l'opposition travailliste britannique Jeremy Corbyn a mis en garde lundi contre les risques d'un Brexit sans accord favorable à Donald Trump. Il s'exprimait à la veille de discussions au Parlement pour éviter une sortie sèche de l'Union européenne.

Articles en relation

Pour un Royaume-Uni «tourné vers l'extérieur»

Brexit Le Premier ministre britannique a affirmé vendredi qu'il souhaitait que son pays soit «tourné vers l'extérieur» après le Brexit. Plus...

Macron entrouvre la porte à un deal avec Johnson

Diplomatie Pour éviter un Brexit dur, une solution est possible avec de la bonne volonté, estime le président français. Plus...

Boris Johnson: «Je veux un accord»

Brexit Encouragé par sa rencontre avec Angela Merkel, le premier ministre britannique se dit déterminé à trouver un accord. La livre bondit. Plus...

Merkel évoque un accord de Brexit dans les 30 jours

Allemagne La chancelière allemande a fait preuve d'ouverture à Berlin vis-à-vis de Boris Johnson, qui vient d'entamer son marathon européen pour tenter d'éviter un «no-deal» Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...