Les «bots» manipulent l'opinion mondiale

RussieLes informations erronées diffusées en ligne pour influencer la politique viennent surtout de Russie, selon une étude.

Une étude de l'Université d'Oxford s'est penchée sur l'utilisation des «bots» sur les réseaux sociaux pour influencer la politique dans neuf pays: le Brésil, le Canada, la Chine, l'Allemagne, la Pologne, Taïwan, la Russie, l'Ukraine et les Etats-Unis. (Photo d'archives)

Une étude de l'Université d'Oxford s'est penchée sur l'utilisation des «bots» sur les réseaux sociaux pour influencer la politique dans neuf pays: le Brésil, le Canada, la Chine, l'Allemagne, la Pologne, Taïwan, la Russie, l'Ukraine et les Etats-Unis. (Photo d'archives) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une vague de «propagande» numérique, venant essentiellement de Russie via des programmes informatiques autonomes («bots»), diffuse des informations erronées pour manipuler l'opinion publique dans le monde entier. Telle est la conclusion d'une étude britannique.

Présentée à Washington, cette étude de l'Université d'Oxford porte sur l'utilisation des «bots» sur les réseaux sociaux pour influencer la politique dans neuf pays: le Brésil, le Canada, la Chine, l'Allemagne, la Pologne, Taïwan, la Russie, l'Ukraine et les Etats-Unis.

«La propagande par ordinateur est l'un des nouveaux outils les plus puissants contre la démocratie», écrivent les directeurs de l'étude Philip Howard et Samuel Woolley. Les scientifiques notent que les traces de ces offensives proviennent principalement de Russie, mais aussi de Chine ou même des pays visés par cette propagande.

«Il y a un immeuble à Saint-Pétersbourg (en Russie) avec des centaines d'employés et des millions de dollars de budget dont la mission est de manipuler l'opinion publique» dans un certain nombre de pays, a détaillé Philip Howard mardi, lors d'une présentation à la presse. Les techniques russes consistent par exemple à diffuser de «multiples» publications «contradictoires», a poursuivi Philip Howard.

«Semer la confusion»

«Il s'agit de semer la confusion. Il ne s'agit pas forcément de diffuser de fausses informations mais de rendre les gens tellement indifférents à la politique qu'ils n'ont plus envie de s'engager», a poursuivi Samuel Woolley.

L'équipe a analysé des dizaines de millions de publications sur sept réseaux sociaux pendant des élections, des crises politiques et divers «incidents» liés à la sécurité nationale. Aux Etats-Unis, l'étude estime que les «bots» ont eu une influence lors de l'élection présidentielle de 2016.

«Des armées de 'bots' qui suivent, retwittent ou 'likent' les publications d'un candidat le rendent ainsi plus légitime, et il semble davantage soutenu qu'il ne l'est réellement», écrivent encore les auteurs de l'étude.

Scandale

L'influence supposée de la Russie dans l'élection américaine, soupçonnée d'avoir favorisé Donald Trump au détriment de sa rivale Hillary Clinton, est au coeur d'un scandale aux Etats-Unis, avec des investigations sur une possible entente entre les autorités russes et l'équipe de campagne de Donald Trump, lui-même très actif sur Twitter.

Depuis l'élection de ce dernier, Facebook a annoncé plusieurs initiatives pour collaborer plus étroitement avec les médias et limiter la diffusion de fausses informations. (ats/nxp)

Créé: 21.06.2017, 03h47

Articles en relation

Facebook en guerre contre les sites «trompeurs»

Internet Le réseau social veut accentuer sa lutte contre les «fake news» en partant à la chasse contre les sites internet «trompeurs». Plus...

Le Conseil fédéral garde un oeil sur les «fake news»

Suisse Le gouvernement rappelle que le droit en vigueur permet déjà de lutter contre certains problèmes, poussant des exploitants à l'autorégulation. Plus...

Comment se fabrique et se propage une «fake news»

Présidentielle française Ces rumeurs, qui infestent actuellement la campagne présidentielle, sont largement relayées sur les réseaux sociaux. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève: le congé accordé aux femmes par la Ville fait débat
Plus...