Passer au contenu principal

Boris Johnson et Michel Barnier déjà face à face

Londres et Bruxelles ont annoncé leurs conditions préalables à un accord commun. Les négociations s’annoncent ardues.

Friction assurée entre le négociateur en chef européen Michel Barnier (à gauche) et le premier ministre britannique Boris Johnson.
Friction assurée entre le négociateur en chef européen Michel Barnier (à gauche) et le premier ministre britannique Boris Johnson.
DR

Boris Johnson n’a pas eu le temps de souffler. Moins de trois jours après avoir célébré le Brexit, le premier ministre britannique a dévoilé lundi sa vision de l’avenir du pays. Et en particulier ses objectifs de négociations avec l’Union européenne. Il entend ainsi ne pas répéter l’erreur commise par Theresa May durant l’été 2017. Profitant du chaos engendré par la perte de la majorité conservatrice suite à l’élection générale du 8 juin, les Vingt-Sept avaient publié leurs conditions en vue d’un accord de Brexit. Celles-ci n’avaient ensuite jamais été contestées par la première ministre. Les Européens en avaient tiré un avantage considérable.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.