«Les attentats ont pesé dans ma décision de candidater aux JO!»

FranceLa maire de Paris Anne Hidalgo est déjà à Lima. La délégation française veut que Paris s'enthousiasme autour du projet olympique. C'est mercredi que la capitale sera désignée ville hôte des JO 2024

La maire de Paris Anne Hidalgo, comme le président de la république Emmanuel Macron, se sont engagés à fond derrière la candidature de Paris. L'image d'un renouveau à l'international...

La maire de Paris Anne Hidalgo, comme le président de la république Emmanuel Macron, se sont engagés à fond derrière la candidature de Paris. L'image d'un renouveau à l'international... Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A la veille de l’attribution à Lima (Pérou) des Jeux Olympiques de 2024 à Paris, Anne Hidalgo s’explique sur le choix de sa ville. Ce sera un succès collectif, prévient la maire de la capitale française, à qui l’on prête déjà des ambitions présidentielles.

– Plusieurs villes se sont désistées. Les Jeux Olympiques, est-ce une si bonne affaire pour Paris?

– Oui, nous avons préparé une candidature en connaissance de cause. Paris avait été candidate à plusieurs reprises et avait perdu. Cela avait été un moment national extrêmement triste, d’ailleurs. Avant de repartir pour une nouvelle candidature, j’avais posé des conditions. Je voulais que ces jeux soient utiles. Si on repartait, il fallait qu’on ait des chances de gagner, mais aussi que ce soit utile pour les Parisiens, que cela crée de l’emploi, que cela nous permette d’accélérer un certain nombre de mutations: je pense à la transformation de la Seine-Saint-Denis ou à l’accélération de la transition écologique à Paris et dans la métropole. Il fallait aussi que les conditions de sobriété et de transparence budgétaire soient respectées.

– Ces conditions ont donc été remplies?

– Oui, le CIO a décidé d’un agenda 2020 qui fixe justement un cap quant à l’impact écologique pour les villes candidates et exige la transparence budgétaire. Notre projet a vraiment été dans ce sens. 95% des infrastructures sont déjà construites. Il nous reste à construire un bassin olympique que nous allons installer à côté du Stade de France. Ce bassin olympique est nécessaire pour les Jeux mais aussi au-delà. Il sera utile pour la France si elle veut ensuite organiser des grandes compétitions et utile au quotidien pour permettre à tous les enfants de Seine-Saint-Denis d’apprendre à nager. Nous avons aussi à construire les deux villages, le village olympique sur l’Ile Saint-Denis et le village des médias à côté du Bourget. Ces deux villages seront amenés à devenir ensuite des habitations. Ces Jeux vont nous permettre d’accélérer la transition écologique de même que l’accessibilité de la ville pour les personnes à mobilité réduite. Le métro parisien date de 1900. A l’époque, on ne se souciait pas de l’accès aux personnes en situation de handicap.

– Vous ne craignez pas que le budget soit malgré tout dépassé comme on l’a vu à chaque fois? Paris est déjà très endetté…

– Le budget n’a pas été dépassé à chaque fois! Il y a des jeux qui ont été plus ou moins bien maîtrisés. Personne à Barcelone ne vous dira que les jeux n’ont pas été utiles à la ville. Pareil pour Sidney. Les Jeux de Londres ont permis aussi de transformer un quartier excentré. C’est important d’être soumis au contrôle et à la critique. Mais je suis maire de Paris, je gère un budget de 8 milliards d’euros, je livre des équipements dans les délais et en respectant les coûts!

– Qu’attendez-vous le plus de ces Jeux?

– Ils vont permettre d’accélérer la Grand Paris tout en donnant sa chance au département de la Seine-Saint-Denis et à sa population. Les Jeux vont aussi permettre d’accélérer la transition écologique. En 2024, la Seine sera une rivière propre dans laquelle on pourra se baigner!

– Le tourisme, c'est aussi un défi ? Paris a beaucoup souffert depuis les attentats, même si les visiteurs reviennent…

– Les jeux vont être une opportunité extraordinaire pour montrer l’attractivité de Paris. Beaucoup de secteurs vont être boostés: l’économie sociale et solidaire, les start-up du numérique. Au retour de Lima, je réunirai l’ensemble des acteurs, économiques, mais aussi sociaux, culturels et sportifs pour que tout le monde puisse tirer bénéfice des Jeux et cela, sans attendre 2024.

– Après les attentats, les Jeux ont un sens particulier pour Paris?

– Cela a été un élément majeur pour moi dans la décision de candidater. Je me suis dit qu’il fallait vraiment qu’on donne une perspective à la jeunesse de Paris et d’Ile-de-France. Les jeunes doivent sentir que nos générations pensent à eux, que l’on crée des chemins d’optimisme plutôt que de laisser un certain nombre d’entre eux partir à la dérive et se lancer dans des combats mortifères. Les jeunes, dans toute leur diversité, me le rendent bien d’ailleurs. Dans les enquêtes d’opinion, on voit que ce sont eux les plus enthousiastes.

– Les sondages montrent pourtant une moins grande ferveur qu’à Los Angeles, par exemple. 63% des Parisiens sont favorables aux JO. Vous n’êtes pas déçue?

– Pas du tout. Il faut voir comment cet enthousiasme est mesuré. Les contextes sont très différents. En Europe, il y a eu beaucoup de scepticisme par rapport à l’organisation des JO. Je suis plutôt contente qu'il y ait une large majorité de Parisiens qui soutiennent notre projet. A nous maintenant de les convaincre que cela les concerne vraiment et que cela va améliorer leur vie quotidienne.

– Ce succès, c’est un succès personnel?

– Non, ce sera un succès collectif d’abord. Celui de toute une équipe, avec Tony Estanguet à sa tête, tous les élus de la métropole, de la région, de la ville, les associations, le monde sportif. Personne n’a ménagé sa peine ! Je suis très fière pour ma ville. Quand les Parisiens se sont relevés des attentats de janvier et de novembre 2015, ils ont été regardés comme des femmes et des hommes qui ne voulaient rien lâcher. Paris, avec son histoire, son patrimoine extraordinaire, sa capacité à se projeter dans la modernité, partagera cette victoire avec la France entière.

– Vous ne citez pas le président de la République dans ce succès collectif…

– Bien entendu je l’inclus. N’allez pas voir de polémique. Tous les présidents ont joué un rôle. On peut au contraire se satisfaire que chacun ait joué son rôle à la place qui était la sienne. Pour moi, c’était très important d’avoir une candidature consensuelle jusqu’au bout alors que je savais qu’il y aurait une élection présidentielle au milieu (ndlr : en 2022). Donc, bien sûr, le président Macron, comme les anciens président Hollande et Sarkozy, ont été des alliés précieux et fidèles. A tous les niveaux, les soutiens ont été importants.

– Vous avez dit que votre souhait le plus cher serait d’ouvrir les jeux en 2024. Or, celui qui ouvre les JO, ce n’est pas le maire de la ville-hôte, c‘est le chef de l’Etat… Est-ce à dire que vous serez candidate à la présidentielle?

– Le maire de la ville hôte est tout de même à l’ouverture des Jeux! Mon vœu le plus cher, c’est d’être là en 2024 pour accueillir les Jeux. Je suis maire de Paris et c’est à ce titre que je parle… (TDG)

Créé: 11.09.2017, 10h35

Articles en relation

Paris va décrocher les JO. Avec un budget crédible?

JO 2024 Los Angeles cède sa place pour 2024 et vise 2028. La Ville Lumière a chiffré les coûts: 6,6 milliards d’euros. Plus...

Macron est monté au filet pour Paris-2024

Jeux olympiques Accompagné de la maire de Paris, le président s'est essayé à plusieurs des activités sportives ouvertes au public le long de la Seine samedi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un arbre s'abat au cimetière des Rois
Plus...