Vincent Lambert pourra être débranché, mais sa mère continue les menaces

FranceLa Cour de cassation, à Paris, a tranché, plus rien ne s’oppose à l’arrêt des soins de Vincent Lambert.

Vincent Lambert avec sa mère. (Photo prise en 2013)

Vincent Lambert avec sa mère. (Photo prise en 2013) Image: ARCHIVES/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Cour de cassation a sèchement désavoué les juges parisiens qui avaient ordonné au CHU de Reims, le 20 mai dernier, de reprendre l’alimentation artificielle de Vincent Lambert. Dans un arrêt publié vendredi en fin d’après-midi, les juges de la Cour de cassation, la plus haute juridiction de l’ordre judiciaire français, expliquent que la Cour d’appel de Paris n’avait pas à se mêler de cette affaire, légitimement tranchée par le Conseil d’État et la Cour européenne des droits de l’homme. La décision des juges parisiens est cassée sans renvoi à une autre juridiction, ce qui permet à l’équipe médicale de Reims de reprendre le protocole d’arrêt des soins quand elle le souhaitera.

Me Patrice Spinosi, l’avocat de la femme et du neveu de Vincent Lambert, favorables à l’arrêt des soins, a immédiatement réagi: «C’est la fin de ce litige. Il n’existe plus aucun obstacle juridique à ce que l’arrêt des soins puisse être repris dès à présent», a-t-il déclaré. Face aux promesses d’«inventivité juridique» de la partie adverse – la mère de Vincent Lambert – il réplique: «Aujourd’hui, la décision définitive, c’est l’arrêt des soins. Elle a été décidée par le Conseil d’État, par la Cour de cassation, par la Cour européenne des droits de l’homme, il n’y a plus de voie de recours utile. On ne peut pas inventer des juges quand ils n’existent pas.»

Cela n’empêche pas les avocats de la mère de multiplier les menaces. Proche des milieux catholiques intégristes, décidée à faire de son fils un exemple du droit à la vie, elle entend faire pression désormais sur le médecin du CHU de Reims. Un de ses avocats, Me Jérôme Triomphe, l’explique sans détour: «Si le Dr Sanchez prétend remettre en route le processus de mort, outre les poursuites disciplinaires à des fins de radiation et les poursuites pénales pour non-assistance à personne en danger, il sera poursuivi également par plainte avec constitution de partie civile pour meurtre avec préméditation sur personne vulnérable.»

Évidemment, ces arguments n’ont aucun fondement juridique et ils seraient balayés par les tribunaux, mais ce n’est pas la première fois que la mère et ses avocats usent de la menace: en juillet 2015 déjà, alors que le prédécesseur du Dr Sanchez était arrivé aux mêmes conclusions d’arrêt des soins et que tous les recours jusqu’à la Cour européenne des droits de l’homme avaient été épuisés, l’équipe médicale avait craqué face aux manifestants et aux menaces de plaintes. Craignant pour sa sécurité, l’équipe avait stoppé la procédure d’arrêt des soins, estimant que «les conditions de sérénité nécessaires» n’étaient pas réunies.

Quatre ans plus tard, c’est le même scénario de chantage et de menaces que la mère de Vincent Lambert joue contre la femme de son fils. Triste spectacle, destiné à mettre une pression immense sur l’équipe médicale. La mère de Vincent Lambert, qui s’exprimera lundi au Conseil des droits de l’homme de l’ONU à Genève, invoque le droit à la vie. Sa femme invoque le droit à la dignité et rappelle que Vincent avait dit son refus de l’acharnement thérapeutique. Cela fait dix ans qu’il est dans le coma, en état végétatif.

Créé: 28.06.2019, 21h35

Articles en relation

Le calvaire juridique de Vincent Lambert prendra-t-il fin?

France La Cour de cassation s’empare à son tour de l’affaire Lambert. Peut-être enfin pour y mettre fin. Plus...

Vincent Lambert s’apprête à quitter le coma et mourir

France Plongé dans un état végétatif, le patient est depuis des années victime de désaccords familiaux. Fin d’un cauchemar. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Nobel de la paix au Premier Ministre éthiopien
Plus...