Troisième plan d'aide: débats enlisés au Parlement grec

Crise de la detteLa phase finale de l'adoption du troisième plan d'aide à la Grèce en cinq ans a pris des allures de course d'obstacles.

Un vote favorable du Parlement grec ne fait guère de doute dans la mesure où l'opposition s'est engagée à soutenir le gouvernement du premier ministre Alexis Tsipras.

Un vote favorable du Parlement grec ne fait guère de doute dans la mesure où l'opposition s'est engagée à soutenir le gouvernement du premier ministre Alexis Tsipras. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le débat au Parlement grec sur le troisième plan d'aide au pays en cinq ans était toujours en cours vendredi matin à Athènes. Il provoque la révolte de membres éminents de Syriza, dont la présidente de l'assemblée, qui mène une véritable guérilla de procédure.

Membre du parti de gauche radicale au pouvoir Syriza, mais farouchement opposée au plan, Zoé Konstantopoulou est décidée à faire durer les débats le plus longtemps possible. A 8 heures (7 heures, en Suisse), après s'être absentée quelques heures, elle est revenue en séance pour expliquer le projet de loi était «anticonstitutionnel».

Et elle a très clairement pris ses distances avec Alexis Tsipras. «Je ne défendrai plus le premier ministre, a-t-elle dit, qui a rejoint la liste des Premiers ministres des plans de sauvetage de la Grèce, en jetant ses camarades aux chiens, ce qui me fait mal».

Depuis jeudi matin

Le débat parlementaire à Athènes, engagé en commissions depuis la matinée de jeudi, ne devait sans doute pas s'achever avant 10 heures (9 heures, en Suisses) ce vendredi 14 août. Le temps d'examiner à fond le projet de loi de 400 pages sur ce plan d'aide de 85 milliards d'euros.

Outre Zoé Konstantopoulou, et vraisemblablement l'ancien ministre de l'économie Yanis Varoufakis, une autre figure de Syriza s'apprête à voter contre le plan: l'ex-ministre de l'énergie Panagiotis Lafazanis, favorable au retour à la drachme, qui a appelé jeudi à la création d'un mouvement national anti-austérité.

Le gouvernement a sèchement pris acte que «les chemins s'écartaient», alors que trois grands partis d'opposition devraient apporter la plupart de leurs voix au plan d'aide.

Doutes sur le vote de l'Eurogroupe

Un peu plus tôt, le ministre des Finances Euclide Tsakalotos avait plaidé pour sa part pour qu'on presse le pas. «C'est simple, a-t-il dit, l'Eurogroupe est à 16 heures demain (15 heures à Bruxelles), et sans (le vote grec) l'Eurogroupe ne prendra pas de décision» sur l'accord.

L'adoption rapide du plan par les ministres des Finances de la zone euro lors de cette réunion semblait aussi menacée par «les questions» que se pose encore Berlin, tandis que le FMI mettait désormais des conditions très nettes à sa participation financière. (ats/nxp)

Créé: 14.08.2015, 08h30

Articles en relation

Syriza se déchire avant le vote sur le plan d'aide

Parlement grec Le parti d'Alexis Tsipras était au bord de l'éclatement dans la nuit. Une partie des députés de Syriza sont opposés au plan d'aide européen. Plus...

Le nouvel accord est débattu au Parlement grec

Grèce Les commissions parlementaires grecques discutent jeudi de l'accord avec les créanciers avant le vote des députés en soirée. Plus...

Le gouvernement Tsipras reste fixé sur l'adoption de l'accord

Aide à la Grèce Un décret a été soumis mercredi au Parlement. Il fixe les grandes lignes du programme de renflouement de trois ans. Plus...

La Grèce «sauvée» par un accord in extremis avec ses créanciers

Lueur d’espoir Un nouveau plan d’aide d’environ 85 milliards d’euros devrait permettre aux Hellènes de souffler. Un peu… Plus...

Le plan d'aide doit encore convaincre le Parlement

Grèce Le doute régnait mardi quant au calendrier d'adoption de l'accord sur un 3e plan d'aide et sur les objectifs budgétaires, annoncé la nuit dernière. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.