Abdelkader Merah, au cœur de l'enquête

Tueur au scooterAbdelkader Merah affirme ne pas avoir aidé son frère, Mohamed, a commettre la tuerie de Toulouse. Ajoutant toutefois qu'il est «fier» de lui.

La voiture transportant Abdelkader Merah à Paris.

La voiture transportant Abdelkader Merah à Paris. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le frère de l'auteur des sept assassinats commis à Toulouse nie l'avoir aidé à tuer mais a reconnu l'avoir accompagné chez un vendeur de scooter, a indiqué samedi une source policière. Le frère de Mohammed Merah, qui ignorait les projets meurtriers de son cadet, a toutefois déclaré en être «fier».

Le frère du tueur de Toulouse a reconnu sa complicité dans le vol, le 6 mars dernier, du scooter Yamaha T-Max qui a servi dans les assassinats de trois militaires et de quatre personnes de confession juive, dont trois enfants.

Lors de sa garde à vue à Toulouse, Abdelkader Merah s'est déclaré «fier» des actes commis par son frère, a déclaré une source policière, confirmant des informations de presse.

L'examen du contenu de ses ordinateurs n'a pour le moment rien révélé de probant et la perquisition de son domicile n'a permis de découvrir ni arme ni explosif, selon une source policière.

Le frère de Mohamed Merah et son épouse ont été transférés samedi au siège de la sous-direction antiterroriste, dans la banlieue de Paris, pour y achever leur interrogatoire avant d'éventuelles poursuites, a-t-on appris de source judiciaire.

Les policiers peuvent les interroger jusqu'à dimanche matin sous le régime de la garde à vue, qui expirera 96 heures après leur interpellation mercredi. Ils devraient ensuite être déférés devant un juge qui décidera s'il y a suffisamment d'éléments pour les mettre en examen.

Abdelkader Merah était fiché comme un intégriste religieux et avait également été inquiété pour sa participation présumée dans une filière d'acheminement de djihadistes en Irak il y a quelques années, sans être mis en examen.

Mère libérée

La garde à vue de la mère de Mohamed Merah a été levée vendredi soir à Toulouse, a annoncé samedi le parquet. «Elle n'avait rien vu venir, elle ne pouvait pas le prévoir», a déclaré à Toulouse son avocat Jean-Yves Gougnaud. Elle éprouverait selon lui un «sentiment de culpabilité et de remords» pour n'avoir pas pu voir les signes d'une radicalisation de son fils.

Les enquêteurs cherchent à déterminer si Mohamed Merah a bénéficié de complicités mais le patron de la Direction centrale des renseignements intérieurs (DCRI), Bernard Squarcini, a dit dans «Le Monde» de samedi ne pas croire à l'existence d'un réseau.

La justice a la conviction que Mohamed Merah était seul lors des tueries, mais l'enquête doit dire s'il a agi pour le compte d'une organisation et s'il a bénéficié d'un soutien logistique.

Financement

Mohammed Merah a assuré aux policiers qui l'assiégeaient que sa mère et son frère n'étaient pas au courant de ses projets mais les enquêteurs se demandent comment ce jeune homme sans travail a pu se constituer son arsenal et acheter sa voiture.

«Ce sont des armes qu'il dit avoir achetées», a déclaré samedi sur i-télé Ange Mancini, coordonnateur national du renseignement auprès de l'Élysée. Mohamed Merah a dit aux policiers qui l'assiégeaient qu'il les avait payées 20'000 euros, financés par des cambriolages.

Le Colt 45 qui a été retrouvé mercredi dans une Renault Clio et a été formellement expertisé comme l'arme utilisée lors des trois tueries, a-t-on appris samedi de source judiciaire.

Groupe en Ariège

Selon une source policière, la mère du tueur a épousé le père d'un homme qui appartenait à un groupe radical de l'Ariège dont les membres ont été condamnés pour «association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste» en 2009.

Deux jeunes hommes avaient été arrêtés en Syrie au moment de passer en Irak et un coup de filet en France avait permis d'interpeller au total onze hommes. L'un des deux hommes arrêtés en Syrie s'est retrouvé apparenté à la famille Merah, son père partageant la vie de la mère d'Abdelkader et Mohamed.

A Rouen (ouest), plusieurs centaines de personnes ont participé à une marche blanche en mémoire d'un des militaires tués. Une marche silencieuse pour «la République unie contre le racisme, l'antisémitisme et l'intégrisme» est également prévue pour dimanche à Paris.ailles de la surveillance antiterroriste et sur les conditions de l'assaut, le président Nicolas Sarkozy a réuni samedi plusieurs ministres et les directeurs de la police nationale, des renseignements intérieurs (DCRI) et extérieurs (DGSE).

Peu après, les autorités ont annoncé la levée du plan de sécurité Vigipirate, qui avait été placé lundi au niveau écarlate - le dernier avant l'application des mesures d'exception - dans la région de Toulouse.

A Rouen (ouest), plusieurs centaines de personnes ont participé à une marche blanche en mémoire d'un des militaires tués. Une marche silencieuse pour "la République unie contre le racisme, l'antisémitisme et l'intégrisme" est également prévue pour dimanche à Paris. (afp/nxp)

Créé: 24.03.2012, 17h09

Galerie Photos

En images, le siège puis la mort de Mohamed Merah

En images, le siège puis la mort de Mohamed Merah Après plus de 32 heures de siège, l'auteur présumé des tueries de Montauban et Toulouse est mort lors d'un assaut donné par les policiers.

Articles en relation

La mère de Merah est minée par le remords et en colère

Tuerie de Toulouse Elle est en colère, Zoulhika Aziri: contre son fils, Mohamed Merah, et contre elle-même, pour n'avoir pas su l'empêcher de commettre ses terribles actes. Plus...

«On n’arrivera jamais à la sécurité à 100%»

Tuerie de Toulouse Suite aux tueries de Toulouse, précisions sur le terrorisme avec l’expert Jacques Baud, notamment auteur de «Djihad, l’asymétrie entre fanatisme et incompréhension» (2009). Plus...

Marine Le Pen voulait maintenir la page Facebook

«hommage à Mohamed Merah» Pour la candidate du Front National, la «fan page» du tueur de Toulouse, intitulée «Hommage à Mohamed Merah» aurait pu servir aux services secrets pour puiser des informations contre l'islamisme radical. Plus...

Caricatures

Maudet s'oppose au budget 2020
Plus...