Macron bien élu, reste à soigner la France

Présidentielle française Le candidat d’En Marche a réussi son pari. Son score historique - 65,8% des voix - ne cache la difficulté de la tâche et la progression du FN.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Emmanuel Macron est élu président de la République avec 65,8% des voix. Hormis la présidentielle exceptionnelle de 2002 avec Jacques Chirac contre Jean-Marie Le Pen, ce score historique est le plus élevé depuis l’élection de Georges Pompidou en 1969. Marine Le Pen recueille, elle, 34,2% des voix. La participation est de 75%. Le vote blanc bat aussi un record avec 8,8%, soit plus de quatre millions de suffrages. Ces votes, s’ils ne sont pas pris en compte et s’ajoutent à l’abstention, permettent de mesurer le degré d’insatisfaction des Français. Tout comme la nouvelle progression du FN, qui atteint les 11 millions d’électeurs malgré sa défaite. Deux preuves de plus, s’il en fallait, que cette présidentielle 2017 aura été hors norme de bout en bout et laisse un pays divisé, fracturé et dans le doute.

«Ma responsabilité sera d’apaiser les peurs», souligne Emmanuel Macron dès l’entame de son discours. Solennel, tendu et visiblement fatigué, le huitième président de la Ve République salue son adversaire et multiplie les mots d’apaisement. Il rappelle le message humaniste et universel que porte la France à travers le monde. «La moralisation de la vie publique sera le socle de mon action», lance encore Emmanuel Macron, qui ne montre quasi aucun signe de triomphalisme malgré le pari réussi et l’audace de son projet. Il est élu sans parti et porté par un mouvement qui n’existait pas il y treize mois. «Rien n’est jamais écrit», dit-il simplement.

Lire aussi: Macron, le président qui veut bouger les lignes

En effet, les 47 millions d’électeurs français inscrits ont élu en Emmanuel Macron (39 ans) le plus jeune président de l’histoire de la Ve république au terme d’une campagne riche en rebondissements, violences verbales, outrances, et marquée par les affaires. Celles notamment qui ont vu Marine Le Pen et François Fillon se présenter à l’élection au plus haut poste politique français bien que mis en examen pour «détournement d’argent public».

La joie au Louvre…

Esplanade du Louvre à Paris. C’est là qu’En Marche! a décidé de se rassembler pour cette soirée et cette nuit historiques. Il est 20 h quand les écrans géants laissent apparaître la silhouette d’Emmanuel Macron. La foule exulte, les drapeaux vibrionnent. Le suspense était faible, tant l’élection du candidat d’En marche! semblait acquise, mais le résultat a son importance. Il est net et sans appel: 65,8%. «Il faut rassembler maintenant! Ce sera dur et on n’a pas le droit à l’erreur», explique Jérôme (38 ans).

47 millions d’électeurs français ont élu en Emmanuel Macron (Reuters)

Les scènes de liesse se multiplient et la joie s’est répandue dans la foule massée devant la scène. C’est dans ce décor chargé d’histoire que la France du renouveau, que veut incarner Emmanuel Macron, s’est donné rendez-vous pour saluer la France et le monde. «La France conquérante et souriante est de retour!» entend-on. Il y a néanmoins une curieuse forme de gravité parmi les supporters d’Emmanuel Macron quand on les interroge. L’enthousiasme n’est pas total, car les militants d’En Marche! se voient comme une espèce d’émanation raisonnable de leur candidat. Il n’y a pas de sentiment revanchard mais comme une obligation de réussite. «Si le FN n’est pas au deuxième tour en 2022, cela signifiera qu’on aura réussi partie de notre tâche», explique, très docte, Evelyne (62 ans). La fête se poursuit toutefois pendant la nuit.

Pourtant, cette victoire d’un candidat hors parti est inédite. Cette trajectoire d’un novice est purement extraordinaire dans l’histoire politique contemporaine. Emmanuel Macron est le candidat d’un mouvement qui se veut au-dessus des clivages habituels – il se dit de gauche et de droite – et qui est né il y a tout juste treize mois. Mais l’idée que le plus dur commence est partagée par tous. Ainsi Emmanuel Macron, avec un vote d’adhésion estimé à 42%, est le moins solide des présidents élus. En 2012, François Hollande, qu’on disait élu par défaut contre Nicolas Sarkozy réunissait 52%, de votes de conviction.

C’est dire si le jeune président sait qu’il n’aura pas d’état de grâce et que la guérilla qui a marqué cette élection, divisé les partis et abîmé les hommes peut reprendre au moindre faux pas. De plus, les deux grands partis qui ont structuré la vie politique de l’Hexagone sont en ruine. En effet, et c’est historique, aucun des deux grands partis gouvernementaux (les Républicains et le PS) n’était présent au deuxième tour: le 23 avril dernier, le candidat LR François Fillon est arrivé en troisième position avec 20,1% des voix et le candidat PS Benoît Hamon n’était que cinquième avec un misérable 6,3% des voix.

Plus de dix millions de voix au FN

Autre fait marquant, le score de Marine Le Pen. La présidente (en congé) du FN ne sera pas élue présidente de la France, mais elle a néanmoins explosé le plafond des 10 millions de voix recueillies. Ce 34,2% pour la candidate du FN représente plus de 11 millions de voix. C’est 4 millions de plus qu’au 1er tour du 23 avril dernier (21% avec 7,67 millions de voix). En 2002, lors de ce fameux 2e tour de la présidentielle, Jean-Marie Le Pen avait rassemblé 5,53 millions de Français. En quinze ans, le vote du FN a donc doublé!

Qui a voté Le Pen? Selon les enquêtes, moins d’un électeur sur deux (46%) de Nicolas Dupont-Aignan a reporté sa voix sur Marine Le Pen. Malgré une alliance scellée la semaine dernière, qui faisait du président de Debout la France le premier ministre de Marine Le Pen si elle venait à être élue. Du côté des électeurs de François Fillon, ils ne sont que 19%, et chez Jean-Luc Mélenchon 12% ont choisi Marine Le Pen au deuxième tour.

Lire aussi: Au QG du Front national, la défaite d’un soir

Vers la fin du FN

A noter encore que Marine Le Pen arrive néanmoins largement en tête parmi les classes populaires et les chômeurs, avec des scores au-dessus de 50%. Dans son message, la présidente du FN a indiqué que le «Front national, qui s’est engagé dans une stratégie d’alliances, doit se renouveler profondément afin d’être à la hauteur». Le nom «FN» devrait ainsi être abandonné au profit d’une nouvelle appellation. «Les patriotes» a été déposé par l’équipe de Florian Philippot en mai 2015 déjà. Jean-Marie Le Pen a réagi avec véhémence et indiqué qu’il ne laisserait pas tomber ce parti.

Macron élu par tous

Comme attendu, le report des voix a été largement favorable à Emmanuel Macron. Il a ainsi reçu 50% des voix de François Fillon. Avec notamment une progression fulgurante de plus 10 points chez ces électeurs républicains lors de la dernière semaine. Un effet sans doute de la prestation désastreuse de Marine Le Pen lors du débat de mercredi dernier, qui a convaincu de nombreux indécis. Chez Jean-Luc Mélenchon (19,6% au 1er tour: 7 millions de voix), dont les consignes de vote ont tenu en haleine les commentateurs, un électeur sur deux (49%) s’est reporté sur Emmanuel Macron. A noter que 72% des voix socialistes de Benoît Hamon ont rejoint l’ancien ministre de François Hollande.

Cap vers les législatives

Malgré cette large victoire, Emmanuel Macron devra encore attendre le renouvellement de l’Assemblée nationale les 11 et 18 juin prochain pour savoir avec quelle majorité il gouvernera. Selon un premier sondage testant les législatives, En Marche! arriverait en tête et bénéficierait de l’effet de souffle présidentiel. Le mouvement nouveau venu de la politique française est en effet crédité de 22% des intentions de vote. Devant les Républicains (20%) à égalité avec le Front national (20%). La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon recueillerait 16%, mais pourrait se voir agréger les forces du Parti communiste (2%) s’il parvient à un accord. Le Parti socialiste tombe, lui, à 9% des intentions de vote. Une véritable déroute qui confirme le mauvais score de Benoît Hamon. (TDG)

Créé: 07.05.2017, 19h36

Articles en relation

Plus de 10 millions de votes FN: un record

Présidentielles françaises Battue largement, Marine Le Pen va cependant doubler les voix que son père avait obtenues en 2002. Plus...

Emmanuel Macron recueillerait 63% des voix selon les derniers sondages

Présidentielle Marine Le Pen recule dans les sondages après son piètre débat. Hors élection de 2002, le jeune candidat d'En Marche! enregistrerait le meilleur score jamais réalisé. Plus...

«Mme Le Pen a montré qu’elle était la fille de son père»

Présidentielle Pour l’intellectuelle Elisabeth Badinter, le débat présidentiel a permis de montrer le vrai visage de l’extrême droite. Elle vote Macron sans conviction et questionne sa capacité à ressouder un pays divisé. Plus...

«Macron constitue le meilleur choix pour les exportateurs suisses»

Elections présidentielles françaises Thomas Flury, expert en devises d’UBS, prévoit une hausse appréciable de l’euro par rapport au franc. Plus...

Marine Le Pen se disqualifie par ses ricanements et ses erreurs

France Le débat Le Pen - Macron a tenu la France en haleine. L’Europe devait être au centre de cet échange, mais la forme a pris le dessus. Marine Le Pen s'est caractérisée par son agressivité et sa confusion. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Ignazio bat Maudet
Plus...