Le pape veut tourner la page de la pédophilie

Eglise catholiqueJustice, responsabilité et transparence sont les armes avec lesquelles le Vatican affronte la plaie des prêtres pédophiles. Le pape réunit un synode dès jeudi.

Des militants de l’organisation ECA (Ending of Clergy Abuse, soit «Mettre un terme aux abus du clergé») se sont rassemblés lundi place Saint-Pierre à Rome.

Des militants de l’organisation ECA (Ending of Clergy Abuse, soit «Mettre un terme aux abus du clergé») se sont rassemblés lundi place Saint-Pierre à Rome. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À partir de jeudi et pour quatre jours, les yeux du monde seront tournés vers le Vatican, où se tiendra une conférence pour la défense des mineurs contre les abus sexuels commis par des prêtres pédophiles. «L’Église joue sa crédibilité, a déclaré le père Lombardi, modérateur de la conférence. Si nous ne sommes pas crédibles, nous ferons mieux de changer de métier, d’arrêter de faire les prêtres.»

Pour l’événement, le pape François a convoqué à Rome la hiérarchie de l’Église universelle: les présidents des 114 conférences épiscopales, quatorze chefs des Églises orientales, une quinzaine d’évêques missionnaires, les présidents des principaux dicastères (les «ministres» de la Curie romaine), les responsables des grandes congrégations religieuses. Cent huitante hommes pour seulement une dizaine de femmes… Des victimes seront présentes mais elles ne seront pas invitées à prendre publiquement la parole. Samedi, le pape célébrera une liturgie de pénitence. Dimanche, à la suite de la messe, il tiendra un discours qui clôturera la conférence.

La conférence a été précédée, samedi dernier, par un geste fort: la réduction à l’état laïque de l’ancien archevêque de Boston Theodore McCarrick, reconnu coupable d’abus sur des mineurs par un tribunal canonique. Une première pour un cardinal. États-Unis, Europe – même dans la très catholique Irlande –, Amérique du Sud: le «me too» planétaire des victimes de prêtres pédophiles a déstabilisé l’Église universelle. Une enquête a révélé qu’aux États-Unis, entre 1950 et 2002, 7% des prêtres avaient commis des abus sur des mineurs. Et si, en Afrique et en Asie, les chiffres sont moins inquiétants, c’est parce que l’omerta est plus forte sur ces continents.

Le déni total de Jean-Paul II

Défenseur de l’institution, Jean-Paul II était resté dans le déni total, allant jusqu’à accueillir à Rome en grande pompe le père Maciel, fondateur des légionnaires du Christ et pédophile notoire. S’il a mis hors d’état de nuire de nombreux prêtres pédophiles, Benoît XVI n’a pas eu la force d’imposer le changement culturel nécessaire, notamment à l’égard des évêques qui ensablaient les enquêtes et permettaient aux prêtres pédophiles de récidiver.

Dès 2014, Jorge Bergoglio, sourd aux plaintes des victimes lorsqu’il était archevêque de Buenos Aires, avait annoncé la «tolérance zéro». Les premières années de son pontificat n’ont pas été à la hauteur de cet engagement. Les victimes laïques de la commission sur la pédophilie qu’il avait instaurée ont démissionné pour protester contre son immobilisme.

Ainsi le tribunal qui devait être créé pour juger les évêques négligents n’a jamais vu le jour. Le secret sur les procès pontificaux n’a pas été levé et le délai de prescription conservé. Il a nommé dans le conseil des cardinaux George Pell, le cardinal australien aujourd’hui accusé de pédophilie par la justice de son pays. Il a provoqué une révolte aux États-Unis en épargnant, jusqu’à samedi dernier, l’archevêque McCarrick. Au Chili, il s’est dans un premier temps rangé aux côtés de Monseigneur Juan Barros, protecteur du prêtre pédophile multirécidiviste Fernando Karadima. Une attitude désavouée par le cardinal O’Malley, président de la commission de prévention contre la pédophilie.

Regarder le monstre en face

L’épisode chilien, qui a conduit à la démission de trois évêques, semble toutefois avoir ouvert les yeux au souverain pontife. «Il faut regarder le monstre de la pédophilie en face, déclare aujourd’hui le responsable de la salle de presse du Vatican. Responsabilité, justice et transparence sont les thèmes de la conférence.» Le temps presse. La double vie de nombreux prêtres homosexuels, 80% de la Curie romaine selon l’enquête du livre «Sodoma» (lire ci-dessous), et la révolte des religieuses, elles aussi souvent sexuellement abusées par des prêtres, jettent de nouvelles ombres sur les hommes consacrés.

Mais le pape François sait que les résistances et l’omerta du clergé seront longues à abattre. Il a mis en garde contre les excès d’espoirs sur les résultats de la conférence. Les associations de victimes insistent sur un point: obliger les évêques à dénoncer les prêtres pédophiles aux autorités civiles de leur pays.

Certaines conférences épiscopales le font, d’autres non. C’est pourtant le seul moyen d’empêcher les récidives des prêtres qui sont déplacés de diocèse en diocèse par des évêques complaisants. Rien n’indique pourtant que le pape François annoncera dimanche cette obligation. «Patience, a déclaré lundi le cardinal Charles Scicluna, le croisé de la lutte contre la pédophilie. Si ce n’est pas cette fois, ce sera la prochaine. Mais moi, je ne lâcherai pas…» (TDG)

Créé: 18.02.2019, 19h18

«Grâce à Dieu» suspendue à la justice

La justice française a autorisé la sortie mercredi de «Grâce à Dieu», le film de François Ozon sur la pédophilie dans l’Église, malgré l’opposition d’un prêtre inculpé dans ce dossier. Mais une autre plainte maintiendra le suspense jusqu’à mardi soir. Régine Maire, ex-membre du diocèse de Lyon aujourd’hui âgée de 80 ans, a assigné en référé le réalisateur français pour qu’il retire son nom de son film au nom de la protection de la vie privée et de la présomption d’innocence.

Le père Bernard Preynat, prêtre lyonnais poursuivi pour agressions sexuelles dans cette affaire dont le jugement sera rendu cette année à une date non précisée, avait assigné en référé le cinéaste pour obtenir un report de la sortie en salles du film, qui a reçu samedi le Grand prix du jury à la Berlinale, deuxième prix majeur après l’Ours d’or.
«Grâce à Dieu», tourné en secret, raconte la naissance de l’association de victimes «La Parole Libérée», fondée à Lyon en 2015 par d’anciens scouts qui ont accusé le père Bernard Preynat d’avoir abusé d’eux avant 1991.

Régine Maire a été jugée début janvier à Lyon, aux côtés du cardinal Philippe Barbarin pour ne pas avoir dénoncé à la justice les agressions du prêtre. Le tribunal doit rendre son jugement le 7 mars.

Si l’autorisation de sortir le film est maintenue, la Suisse suivra la décision de la justice française.

YVS avec agences

Le livre «Sodoma» va faire l’effet d’une bombe

Le titre est choc, le sujet est sulfureux. Alors que l’Église est affaiblie par les nombreuses révélations de cas d’abus sexuels par des prêtres, le journaliste et écrivain Frédéric Martel dénonce l’hypocrisie des autorités catholiques sur une autre question, celle de l’homosexualité au sein du Vatican. Dans son ouvrage au titre très provocateur, intitulé «Sodoma» (Éditions Robert Laffont), l’universitaire mène des investigations sur la place de l’homosexualité, pratiquée ou refoulée, dans l’Église catholique et au sommet du clergé du Saint-Siège.

Après quatre ans de recherches, des séjours réguliers dans la Cité-État, des voyages dans une trentaine de pays et 1500 entretiens avec des ecclésiastiques, dont 41 cardinaux et 52 évêques, il sort une enquête très documentée de plus de 600 pages, qui paraîtra dans une vingtaine de pays et dans huit langues ce jeudi 21 février, jour de l’ouverture du sommet sur la pédophilie voulu par le pape François.

Pas d’«outing» dans ce livre, précise Frédéric Martel, qui estime avoir «découvert l’un des plus grands secrets de ces cinquante dernières années». «Il ne s’agit pas de nommer des gens, mais d’expliquer un système et sa structure pour mieux comprendre ce qui se passe», explique-t-il. Le journaliste, ouvertement gay, a notamment utilisé ses contacts auprès de 27 prêtres gays qui vivent au Vatican et sa connaissance des codes pour s’ouvrir les portes de la «paroisse» homosexuelle romaine.

Yannick van der Schueren

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Tintin a 90 ans
Plus...