L’afflux de réfugiés devient un business très lucratif

AllemagneHôtels, écoles, traiteurs, gardiens, entreprises du bâtiment, médecins… tout le monde profite de la «crise des migrants».

Avec plus d’un million de réfugiés arrivés en 2015 et peut-être encore 500?000 cette année, les collectivités locales cherchent d’urgence des logements pour les demandeurs d’asile.

Avec plus d’un million de réfugiés arrivés en 2015 et peut-être encore 500?000 cette année, les collectivités locales cherchent d’urgence des logements pour les demandeurs d’asile. Image: AP/Markus Schreiber

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alexander Lubic voulait faire un geste envers les réfugiés. «Moi aussi j’ai été réfugié en Allemagne dans les années 80», dit ce propriétaire d’origine tchèque âgé de 58 ans qui habite Berlin. «J’ai loué un de mes appartements à une famille. Mais je ne fais aucun profit», explique-t-il. «En revanche, certains profitent de la situation, parfois de manière indécente, en transformant des immeubles ou des hôtels à moitié vides en centres d’hébergement», ajoute-t-il.

La poule aux œufs d’or

Avec plus d’un million de réfugiés arrivés en 2015 et peut-être encore 500 000 cette année, les collectivités locales cherchent d’urgence des logements pour les demandeurs d’asile qui vivent actuellement dans des halls de sport, des aéroports fermés ou dans des tours de bureaux désaffectés. Elles sont prêtes à payer des fortunes pour résoudre ce problème humanitaire. La Ville de Berlin, débordée par la crise, négocie actuellement avec une chaîne hôtelière pour héberger 10 000 réfugiés dans 22 hôtels de la capitale. Le groupe a exigé 50 euros par réfugié et par nuit, soit un coût de 1500 euros par mois contre 300 euros dans un foyer «normal». Pour la chaîne hôtelière, c’est tout gagnant: un taux d’occupation à 100%, pas d’impayés et très peu de frais.

Une auberge de jeunesse ou un hôtel peu rentables peuvent devenir en quelques semaines une poule aux œufs d’or. Les communes qui doivent accueillir leur quota de migrants signent parfois les yeux fermés. Et plus les réfugiés affluent, plus les prix augmentent…

L’immobilier n’est pas la seule branche à en profiter. Fabricants de lits de camp, vendeurs de conteneurs, traiteurs, assureurs, professeurs d’allemand, entreprises de nettoyage et de gardiennage ou médecins… le «marché des réfugiés» est devenu lucratif et même stratégique.

La caisse d’assurance-maladie AOK, par exemple, propose des cartes d’assurés aux demandeurs d’asile dans l’espoir de les garder comme clients lorsqu’ils auront un emploi. Actuellement, elle se fait rembourser les frais par les services sociaux avec une prime de 10 euros mensuels pour les charges administratives.

Le budget de l’Etat consacré aux cours de langue pour l’intégration est passé de 269 à 559 millions d’euros par an. Les professeurs d’allemand sont désormais très recherchés et ils augmentent leurs tarifs. Quant aux auto-écoles, elles s’attendent à une ruée d’inscriptions car les permis syriens, irakiens ou afghans, ne sont pas reconnus en Allemagne.

Réservoir de main-d’œuvre

Le secteur du bâtiment, qui tourne déjà à plein régime, sera le grand gagnant de la crise. La ministre fédérale du Logement, Barbara Hendricks, vient de lancer un plan pour favoriser la construction d’habitations. L’objectif est d’atteindre dans les prochaines années la construction d’au moins 350 000 logements neufs par an, soit 100 000 de plus qu’aujourd’hui, pour les familles, les étudiants, les mères célibataires et surtout les réfugiés.

Cette crise, qui fait paradoxalement peur aux Allemands, s’avère être un coup de pouce à l’économie. Les pouvoirs publics devraient dépenser cette année jusqu’à 22 milliards d’euros pour les réfugiés, qui constituent par ailleurs un formidable réservoir de main-d’œuvre. Selon la Fédération du patronat (BDA), l’Allemagne a besoin de personnel soignant, de mathématiciens, d’informaticiens, de médecins, de boulangers et de menuisiers.

En plus du potentiel de main-d’œuvre, l’Institut de recherches économiques de Berlin (DIW) estime que les réfugiés viendront soutenir la consommation intérieure. L’Allemagne pourrait ainsi gagner 0,3 à 0,4 point de croissance en 2016. «Cette crise est un vrai programme conjoncturel», résume Claus Michelsen, expert au DIW.

Créé: 08.02.2016, 20h09

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus et enseignement à la maison
Plus...