Jean-Marie Le Pen: «La dédiabolisation du FN est une foutaise!»

Au coeur du FN (1/5)Le fondateur du Front National a reçu la «Tribune de Genève» dans son bureau de Saint-Cloud.

Le fondateur du Front national, Jean-Marie Le Pen, 88 ans.

Le fondateur du Front national, Jean-Marie Le Pen, 88 ans. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est chic, Saint-Cloud! En arrivant à la résidence Montretout, on y croise Jean Dujardin, le seul acteur français oscarisé à Hollywood. Pas certain que son voisin Jean-Marie Le Pen (88 ans) s’intéresse beaucoup à cette Amérique-là. Le fondateur du Front national nous reçoit dans son bureau à l’étage. Un capharnaüm d’homme cultivé et d’action: livres, casque de scaphandrier, statues de la Vierge et fausse panthère noire dialoguent avec les photos de famille. L’ambiance est délicieusement surannée dans cette vaste demeure abritant le clan Le Pen. Sauf Marine, qui a déménagé depuis qu’un doberman (du papa) a dévoré un chat (de la fille). La hanche mal en point du patriarche le cloue sur un fauteuil près de la cheminée. Peu importe, Jean-Marie Le Pen est en joie: Donald Trump a remporté la veille (le 8 novembre) l’élection à la Maison-Blanche.

«Trump l’a dit: c’était peut-être la dernière fois que les Américains de souche ont la possibilité d’être majoritaires», glisse Jean-Marie Le Pen, que cette Amérique-ci intéresse davantage. Et de poursuivre: «Trump n’a tenu aucun compte du risque de diabolisation et il a culbuté les uns après les autres les leaders du Parti républicain puis la candidate démocrate. Marine Le Pen a eu tort de baisser le ton sur un certain nombre de sujets qui justement sont en train de monter dans les opinions», analyse la figure historique du FN. «La dédiabolisation est une foutaise», répète-il afin de s’assurer qu’on a bien compris son message.

Soit, Jean-Marie Le Pen ne croit pas en la stratégie de sa fille Marine Le Pen. Et encore moins depuis qu’ils se sont brouillés. D’exclusion en demande de réintégration via les tribunaux, Jean-Marie Le Pen est à nouveau le président d’honneur du Front national. Il est certain par contre que le parti politique redessiné par la main de Marine Le Pen a éloigné l’encombrant personnage suite à un énième dérapage révisionniste. Stratégie payante, semble-t-il: les anciens militants regrettent «le contentieux» mais restent, tandis que de nouveaux sympathisants et cadres du FN rencontrés disent qu’ils n’auraient jamais adhéré au «parti de Jean-Marie».

La discussion s’anime avec un Jean-Marie Le Pen aux capacités intellectuelles toujours aussi vives. Il nous gratifie d’ailleurs d’une petite provocation maison. Son scénario de guerre civile en France? «Imaginez un accrochage à Mantes-la-Jolie entre policiers et jeunes. Trente policiers meurent. Les autres ripostent. Quinze morts. Deux jours après, deux cent mille types descendent sur les Champs-Elysées et ils passent à l’Elysée.» Continuons en citant Le Gorille de Brassens: «Gare au gorille… La suite serait délectable, malheureusement, je ne peux pas la dire.» La version de Jean-Marie Le Pen n’est en rien «délectable», car le président de la République meurt après la trentième fois. «Il paraît», rigole le «Menhir», guettant notre désapprobation.

Nous en sommes là dans les outrances avec le héros de l’extrême droite française, qui veut mettre en évidence la stratégie erronée de sa fille pour la présidentielle de 2017. «Pour l’emporter, il faut de la lucidité et du courage. Marine Le Pen doit dire la vérité et faire ce qu’attendent les Français. Trump a gagné en étant le diable!» Pour le fondateur du Front national, le «grand remplacement» – soit le fantasme de la substitution des populations autochtones par les descendants d’immigrés –, l’explosion démographique du continent africain tout comme la pression migratoire restent les enjeux majeurs sur lesquels Marine Le Pen doit mettre l’accent.

«Elle peut toujours revenir, nous sommes à quelques mois de la présidentielle. Si elle tirait les conséquences de ce qui vient de se passer aux Etats-Unis, elle rétablirait au plus vite l’unité de son mouvement», lance encore Jean-Marie Le Pen qui, à demi-mot, juge les succès récents du Front national comme étant surtout la conséquence des circonstances. «Remarquez, dans ses discours, Marine Le Pen tient une ligne «Jeanmariste». Ces discours clés sont proches des miens!» souligne-t-il satisfait.

Pourtant, un autre lien perdure entre le père et la fille: l’argent. Via la structure de financement du FN qu’il continue à diriger – la Cotelec (pour «cotisation électorale») – Jean-Marie Le Pen a prêté six millions d’euros à sa fille «parricide» pour qu’elle puisse lancer sa campagne. Le montant de six millions (selon l’hebdomadaire Marianne), il ne le confirme pas. «Il se trouve que les banques prêtent à tout le monde, sauf au Front national. Je remplis donc une mission de service public. Il y a une seule candidate nationale. Et on l’empêche de se financer normalement. Mon devoir est de rétablir une certaine justice au-delà de mes sentiments personnels, qui ne jouent pas dans cette affaire. Je suis sincère», répond sans sourciller Jean-Marie Le Pen.

Créé: 12.12.2016, 10h30

Dossiers

Articles en relation

Comment Marine Le Pen veut prendre le pouvoir

Au cœur du FN (1/5) La présidente du FN veut croire que le climat mondial de rejet des élites joue en sa faveur et peut l’aider à atteindre l’Elysée. Lentement, Marine Le Pen entre en campagne. Enquête. Plus...

Plongée au sein du Front national

L’éditorial Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.