Nouvelle fusillade dans une discothèque du Nord

FranceUne semaine après la fusillade meurtrière devant une discothèque lilloise, des coups de feu ont été tirés dimanche dans un autre établissement du Nord, faisant 10 blessés légers. L'auteur des tirs a été arrêté.

La discothèque où s'est produite la fusillade.

La discothèque où s'est produite la fusillade. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’auteur présumé des coups de feu et sa compagne, ainsi que son complice présumé ont été arrêtés par le GIGN, dimanche, quelques heures à peine après les faits.

Le GIGN a été sollicité en fin de matinée car le suspect est "considéré comme dangereux", a dit cette source selon laquelle l’homme était déjà connu pour des faits de violence. Le parquet devait donner à 12H30 une conférence de presse au palais de justice de Cambrai, pour préciser les circonstances de l’arrestation et revenir sur l’affaire.

Vers 04H30, un client de la boîte de nuit Le Vamos, à Bertry, près de Cambrai, jugé "indésirable", a été "invité à quitter les lieux, ce qu’il a fait", avant de revenir rapidement et de tirer trois ou quatre coups de chevrotine avec une arme de chasse à l’extérieur puis dans l’entrée de l’établissement, a raconté lors d’un point de presse le sous-préfet de Cambrai, Etienne Stock.

Ce client aurait notamment tiré une fois dans la porte de la boite de nuit. Il s’est ensuite enfui avec l’aide d’un complice "à bord d’un véhicule dont le numéro d’immatriculation a été relevé", ont déclaré le sous-préfet et les gendarmes.

Dispute pour une broutille

Le jeune homme d’une trentaine d’années "s’est disputé avec son beau-frère, pour une broutille", "il s’est fait expulser", "puis il a été chercher son fusil", a relaté à sa sortie de l’hôpital de Cambrai Hervé Legrand, l’un des physionomistes de la discothèque Le Vamos à Bertry.

Selon un dernier bilan, les tirs ont fait dix blessés légers, dont sept ont été acheminés vers les hôpitaux de Cambrai et du Cateau-Cambrésis. Par ailleurs, trois personnes très choquées ont également été prises en charge par les secours, dont une a également été hospitalisée, selon les pompiers sur place.

Une unité de soutien médico-psychologique d’ailleurs a été mise en oeuvre à Cambrai. Aucun pronostic vital n’était engagé et la personne la plus gravement touchée a été atteinte au coude, a précisé le sous-préfet.

Déjà à Lille

La fusillade survient une semaine après celle qui s’était déroulée aux abords d’une discothèque de Lille, laquelle avait fait deux morts et six blessés. Dans cette affaire le tireur présumé et son complice présumé ont été arrêtés vendredi en Espagne.

"Bien évidemment tout le monde fait le rapprochement" avec la fusillade de Lille, a dit M. Stock. "Il s’agit d’un contexte un peu similaire et en terme de date, on est dans un calendrier très proche", pour autant "il ne faut pas avoir d’a priori et les faits ne sont pas forcément identiques", a-t-il ajouté.

Selon le maire de Bertry Jacques Olivier, si l’on ne peut pas dire que l’établissement ait "mauvaise réputation", il n’est selon lui "pas calme non plus", évoquant des "sorties de boîte un peu mouvementées, comme toutes les sorties de boîte", mais "rien de méchant jusqu’à présent".

Il s’est déclaré surpris "de la violence et de l’importance des faits", survenus dimanche. "Lorsque nous commençons à avoir ce genre de faits dans la ruralité, ça fait un peu peur", a-t-il ajouté.

La boîte de nuit, située un peu à l’écart de la petite commune rurale de Bertry, qui compte 2000 habitants, se trouve entre une modeste zone d’activités et des champs. (afp/nxp)

Créé: 08.07.2012, 07h48

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dons d'organes: le Conseil Fédéral veut le consentement des proches
Plus...