François Fillon est la synthèse Juppé- Sarkozy

Primaire les RépublicainsPour plusieurs politologues français, la victoire de l'ancien premier ministre de Sarkozy est désormais «plausible».

«La radicalité de ses propositions plaît. De plus, il parle sans les outrances et les petites phrases de Nicolas Sarkozy», dit le directeur de l'IFOP, Jérôme Fourquet, de François Fillon.

«La radicalité de ses propositions plaît. De plus, il parle sans les outrances et les petites phrases de Nicolas Sarkozy», dit le directeur de l'IFOP, Jérôme Fourquet, de François Fillon. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Jérôme Sainte-Marie est politologue et président de l’institut de sondages PollingVox. Jérôme Fourquet est directeur du département opinion de l’IFOP. Tous deux analysent cette fin de campagne de la primaire de la droite. Et, selon d'autres sondeurs encore, tous arrivent à la même conclusion. François Fillon, Nicolas Sarkozy et Alain Juppé sont dans un mouchoir de poche. «Il y a une très grande incertitude et je ne me risquerais pas à vous donner le tiercé dans l'ordre...», souligne encore Frédéric Dabi, également de l'IFOP.

On s’attendait depuis des mois à un duo écrit d’avance entre Alain Juppé et Nicolas Sarkozy. Et voilà que François Fillon s’est invité dans la dernière ligne droite. Comment interpréter ce rebondissement?

Jérôme Sainte-Marie (PollingVox): Les sondages ne sont pas en cause. Tous les instituts ont enregistré la même chose au fur et à mesure de la campagne: une domination d’Alain Juppé au printemps, un frémissement en faveur de Nicolas Sarkozy mais sans suite en septembre et là, cette remontée de François Fillon qui apparaît comme une surprise pour tout le monde. Le troisième débat est apparu comme le plus ouvert. On aurait pu penser que l’opinion se serait peu à peu cristallisée et que cela n’aurait été qu’un dernier débat de confirmation (c’est ce qui s’était passé lors des primaires de la gauche en 2006 et 2011). Or c’est exactement le contraire qui se passe. La situation n’a jamais été aussi fluide qu’en cette toute fin de campagne.

François Fillon a le mieux su profiter des débats?

Jérôme Fourquet (IFOP): On n’a assez de recul pour juger de l’impact des débats TV lors des primaires qui restent une pratique politique que la France a importé des Etats-Unis. Mais si on fait le parallèle avec celle des socialistes en 2011, et qui avait vu la percée d’Arnaud Montebourg en fin de parcours, tout indique que ces débats ont eu un impact. La dynamique de François Fillon s’est enclenchée après le 2e débat. Sur le plan politique, la campagne a été longue et a vécu pendant trop longtemps avec le faux suspens de la candidature de Nicolas Sarkozy. Mon impression est que les gens ont commencé à s’intéresser au contenu proposé par les candidats en fin de campagne. Une fois, les effets de forme usés.

François Fillon peut se hisser au deuxième tour?

Jérôme Sainte-Marie (PollingVox): Bien sûr. En tout cas, cette hypothèse est plausible. Il faut être prudent mais tous les instituts enregistrent une dynamique en sa faveur et à mon avis le dernier débat n’a fait que renforcer cette tendance. Un doute a fini par s’installer pour Alain Juppé dont la grande force était jusqu’ici d’être dans une position dominante avec une garantie de victoire.

Le plus spectaculaire, c’est que si François Fillon passait le premier tour, il gagnerait le second?

Jérôme Fourquet (IFOP): En termes politiques, François Fillon est apparu comme l’homme de la synthèse entre Juppé et Sarkozy. C’est-à-dire qu’il a la stature pour faire président. Cela n’a l’air de rien, mais après les quinquennats de Hollande et Sarkozy, il y a une demande de crédibilité. Le programme très à droite de Fillon plaît davantage aux électeurs des Républicains que les positions trop nuancées d’Alain Juppé. On a parlé de ses propositions économiques. Mais celles sur la société sont aussi tout de même dans une radicalité qui plaît, mais sans les outrances et les petites phrases de Nicolas Sarkozy. Je pense notamment à son discours sur l’islam. Cette manière de parler cash et de refuser l’utilisation du mot communautarisme qui signifierait que la France a un problème avec les communautés, alors que, selon lui, la France n’a un problème qu’avec l’islamisme.

Le fait d’avoir été pendant cinq ans le second de Nicolas Sarkozy l’a-t-il à ce point freiné?

Jérôme Sainte-Marie (PollingVox): François Fillon souffrait d’un soupçon de déloyauté, par rapport à Nicolas Sarkozy et par rapport à son camp en général. D’autre part, il traînait une réputation de diviseur, avec le souvenir de la guerre avec Jean-François Copé en 2012. Ce sont deux handicaps qui ont abîmé sa campagne au début mais il a réussi à les faire oublier par une image de ténacité et de fidélité à ses propres valeurs.

Si François Fillon gagne, que fait François Bayrou?

Jérôme Fourquet (IFOP): C’est difficile à dire… François Bayrou s’est engagé pour Alain Juppé, mais on sait qu’il est toujours très habité par l’idée de se présenter à la présidentielle. Les relations personnelles avec François Fillon sont bonnes, mais les programmes politiques assez distants. Tout dépendra en fait de qui Fillon bat en finale. Si c’est Nicolas Sarkoy battu, on voit mal comment Bayrou pourrait justifier une candidature. Par contre, si Fillon bat Juppé en finale, François Bayrou pourrait entendre un appel à représenter le centre. Mais on ne sait pas!

Ce qui serait une mauvaise nouvelle pour Emmanuel Macron…

Jérôme Sainte-Marie (PollingVox): Toujours dans l’hypothèse d’une victoire de François Fillon, François Bayrou n’aurait aucune envie de laisser le centre disponible pour Emmanuel Macron, en effet. C’est pour ça que je pense qu’il essayerait d’y aller. Cela dessinerait alors un paysage pour le premier tour de la présidentielle incroyablement dispersé. Et donc assez incertain.

Créé: 18.11.2016, 19h02

Sondage

Qui sortira en tête du premier tour de la primaire de la droite en France?

Sarkozy

 
11.8%

Juppé

 
36.7%

Fillon

 
44.1%

Un autre

 
7.4%

2752 votes au total


Nicolas Sarkozy rassemble ses fans et ses adversaires

Nicolas Sarkozy éliminé dès le premier tour, ce serait un échec cinglant pour un ancien Président?

Jérôme Sainte-Marie (PollingVox): Cette configuration ne s’est jamais présentée à droite avec une primaire comme celle-là. On a juste eu précédent en partie similaire à gauche quand Ségolène Royal qui a fait un très mauvais score (7%) à la deuxième primaire en 2011 (elle n’avait pas été présidente mais elle avait été la candidate à la présidentielle de 2007). A droite, cela rappellerait le souvenir de Valéry Giscard d’Estaing qui a essayé pendant des années de revenir sans jamais y parvenir.

Jérôme Fourquet (IFOP): Nicolas Sarkozy a fait du Nicolas Sarkozy. Ses petites phrases sur les Gaulois ou sur le rab de frittes pour les enfants d’origine musulmane à la cantine sont perçues très différemment. Nicolas Sarkozy garde cet extraordinaire pouvoir de persuasion pour rassembler ses fans. Et ils sont nombreux. Mais cette qualité a aussi le don de réveiller ses adversaires et de les fédérer également contre lui.
X.A./J.M.

Articles en relation

Fillon est resté bloqué par l’enjeu face à Juppé et Sarkozy

Primaire Les Républicains Le débat décisif, jeudi soir, a conforté le duel Juppé contre Sarkozy. Le challenger Fillon est resté dans les starting-blocks. Kosciusko-Morizet a surligné sa différence et sa modernité. Et Le Maire a été mis à mort par ses adversaires. Plus...

La primaire à droite se joue maintenant

Analyse C'est le sprint final avant le premier tour de la primaire, dimanche. Les courbes se resserrent entre Juppé, Sarkozy et Fillon. Le débat de jeudi pourrait peser. Plus...

Juppé veut faire marcher droit les syndicats français

Présidentielle française Interview Favori des sondages, l’ex-premier ministre fait campagne sur «l’identité heureuse»: «La loi El Khomri sur le travail était un tout petit pas.» Interview. Plus...

John Goetelen: De NKM à Fillon, tous formidables?

La revue des blogs André Thomann: Les Français s’ennuient et angoissent. Bernard Comoli: Quatre communes genevoises solidaires des Yanomami. Philippe Souaille: Le populisme et les conservateurs. Maurice-Ruben Hayoun: Obama, Zemmour, Trump... Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Jeanne Calment est bien la doyenne de l'humanité
Plus...