Fake news: les premières propositions de l'UE

InternetBruxelles a publié jeudi un document dans lequel elle expose son opinion pour lutter contre la désinformation en ligne.

Bruxelles veut inciter les réseaux sociaux à faire plus efficacement la chasse aux fausses nouvelles.

Bruxelles veut inciter les réseaux sociaux à faire plus efficacement la chasse aux fausses nouvelles. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Bruxelles a présenté jeudi ses propositions pour mieux lutter contre la désinformation en ligne, incitant Facebook et Twitter à faire plus efficacement la chasse aux fausses nouvelles (fake news), sans toutefois aller jusqu'à préconiser une réglementation.

Tout en soulignant qu'il est de plus en plus nécessaire de garantir des processus démocratiques viables -- comme l'a encore montré le scandale Facebook/Cambridge Analytica sur l'exploitation dans un contexte électoral de données personnelles --, la Commission européenne se montre relativement timide dans ses propositions.

Elle publie jeudi une «communication», c'est-à-dire un document politique qui n'a pas d'effet légal, dans lequel elle expose son opinion. La Commission y propose un «code de bonne conduite» à l'intention de Google et Facebook, notamment pour lutter contre la désinformation en ligne. L'examen des publicités d'ordre politique et l'accélération de la fermeture des comptes diffusant des fake news figurent parmi les mesures que les plateformes sont incitées à mettre en place.

Si les résultats se font attendre, la Commission européenne n'exclut pas néanmoins de proposer plus tard des actions réglementaires. L'exécutif européen propose aussi un soutien à un réseau indépendant de vérificateurs de faits et une série de mesures visant à stimuler un journalisme de qualité et à promouvoir l'éducation aux médias.

Ces propositions ont été élaborées après un rapport d'un groupe de travail, mis sur pied en janvier et constitué de 40 représentants de grands médias européens (RTL, Mediaset, Sky News), de la société civile (RSF) et des géants technologiques (Facebook, Twitter et Google), d'universitaires ainsi que de journalistes, comme le responsable des réseaux sociaux à la rédaction en chef de l'AFP, Grégoire Lemarchand.

L'été dernier, l'Allemagne a légiféré pour lutter contre la désinformation sur les réseaux sociaux et la France prépare actuellement une loi pour lutter contre les fausses nouvelles en période électorale. (afp/nxp)

Créé: 26.04.2018, 12h22

Articles en relation

Mais que fait-on des «fake news»?

La chronique du médiateur Plus...

Les «fake news» profitent des situations de crise

Médias L'émotion suscitée par les catastrophes, attentats ou fusillades facilite la diffusion de fausses nouvelles sur internet. Plus...

Comment Moscou a utilisé un labo suisse pour une «fake news»

Affaire Skripal La Russie a fait croire à tort que des analyses faites à Spiez (BE) liées à l’empoisonnement de l’ex-espion russe avaient été cachées. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.