Des Femen manifestent dans un cimetière à Paris

FéminicidesDéguisées en cadavres, les militantes ont dénoncé au cimetière de Montparnasse les 114 mortes en France sous les coups de leurs compagnons.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La peau et les cheveux grisés par de l'argile, une centaine de Femen ont traversé en silence samedi le cimetière du Montparnasse, à Paris, pour dénoncer les féminicides et réclamer au gouvernement «une mobilisation plus forte», a constaté une journaliste de l'AFP.

Chacune portait une pancarte noire en forme de stèle, où figuraient les noms de femmes tuées par leur conjoint ou ex-compagnon cette année: «Taïna, 20 ans, 3e féminicide», «Michèle, 72 ans, 10e féminicide», «Fabienne, 51 ans, 36e féminicide», «Marie-Alice, 53 ans, 51e féminicide», «Audrey, 37 ans, 66e féminicide», «Denise, 58 ans, 92e féminicide», «Clothilde, 35 ans, 96e féminicide», «Salomé, 21 ans, 100e féminicide».

«Pas une de plus», «Plus écoutées mortes que vivantes», avaient crié les manifestantes dans les rues voisines, avant d'entrer calmement dans le cimetière. Défilant sous la pluie, les Femen avaient inscrit en lettres blanches sur leur buste dénudé «Je ne voulais pas mourir», «Je l'ai quitté, il m'a tuée» ou «On me prendra au sérieux quand je serai morte».

Marche symbolique

Avec cette «marche symbolique», pour représenter «les 114 femmes victimes de féminicides» en France recensées par un collectif militant depuis le début de l'année, les Femen ont voulu interpeller le «pouvoir en place», a expliqué l'une d'entre elles dans une déclaration. «Nous rappelons que la plupart» de ces femmes, «avant d'être assassinées, avaient été victimes de violences intrafamiliales et avaient alerté la société civile, la police, la justice, des menaces qui pesaient sur elles», a-t-elle ajouté, très émue.

Un mois après le début d'une vaste concertation autour des violences conjugales, lancé le 3 septembre, «la mobilisation ne doit pas faiblir. Les féminicides ne sont pas une fatalité, mais bien un fléau que l'on peut endiguer», a-t-elle martelé.

Inna Shevchenko, figure de proue du mouvement Femen, a déclaré à des journalistes que «le plus important aujourd'hui, c'est de commencer à entendre les femmes». «Nous voulons que la mobilisation soit plus forte encore de la part du gouvernement, des juges, des policiers (...). Chacune d'entre nous est potentiellement victime de violences conjugales, de féminicide», a-t-elle souligné.

En 2018, 121 femmes avaient été tuées en France par leur conjoint ou ex-compagnon, selon le ministère de l'Intérieur. (afp/nxp)

Créé: 05.10.2019, 15h05

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Menacé par des explosifs, le village de Mitholz sera évacué dix ans
Plus...