Au WEF, Greta Thunberg donne un coup de pied aux puissants

Forum économique mondialL’activiste suédoise s’est exprimée vendredi à Davos, laissant les participants sans voix.

«La maison est en feu. Et on ne fait rien», a déclaré Greta Thunberg, la jeune activiste suédoise.

«La maison est en feu. Et on ne fait rien», a déclaré Greta Thunberg, la jeune activiste suédoise. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Elle trottine sur la moquette, entourée par ses parents, alors que le centre des congrès s’éveille à peine. Il est 8 heures et Greta Thunberg observe de ses yeux légèrement fendus ce lieu où présidents et patrons ont défilé toute la semaine. Ce vendredi matin, sa venue marque le point final de la 49e édition du Forum économique mondial (WEF) de Davos.

Accoudée au bar, Christine Lagarde vient de commander un thé à la menthe. Elle se retourne et salue Greta. L’adolescente lui explique qu’elle a passé la nuit sous tente par –15 °C. «Je te soutiens et je t’admire. Je suis de ton côté», lui glisse la directrice générale du Fonds monétaire international avant de lui tendre une main un peu raide, comme pour saluer un ministre. Greta, qui est atteinte du syndrome d’Asperger (ndlr: une forme d’autisme qui ne lui ôte aucune faculté mentale), esquisse un microsourire. Si son visage paraît si souvent soucieux, c’est que la jeune Suédoise vit une angoisse climatique.

Assise sur scène entre le gouverneur de la Banque de France et le directeur d’une compagnie d’assurances, elle lance à l’assistance qui sommeille encore: «La maison est en feu. Je veux que vous ressentiez la peur que je ressens chaque jour. Nous n’avons plus que douze ans pour agir. Et on ne fait rien!»

En quelques phrases, Greta Thunberg plante son décor. Il n’est pas politiquement correct: «Ici, à Davos, on parle de performance mais pas du prix que l’on paie. Nous avons failli à traiter le problème le plus important, la survie de l’humanité. La volonté d’agir n’existe pas. Que faire dans ce cas?»

Les larmes de l’animatrice

Son discours, qu’elle lit avec application, est d’une densité exemplaire. Sans fioriture ni digression. Elle frappe par les mots: «C’est toute la société qu’il faut changer! Plus votre empreinte est grande (ndlr: elle fait allusion aux émissions), plus votre responsabilité est importante.» Elle qui a voyagé de Stockholm à Davos en train et dit qu’elle se sentirait trop coupable de prendre l’avion pense à ces 1500 jets privés affrétés cette année par les participants du WEF.

Lorsqu’elle se tait, le silence se fait. De longues secondes. L’animatrice du panel est en larmes. Greta Thunberg, du haut de ses 16 ans, a donné un coup de pied à l’âme des «décideurs». Durant plus d’une heure, elle les écoute attentivement. Mais qu’il s’agisse de l’assureur détaillant sa nouvelle couverture en cas d’ouragan ou du banquier central saluant la création d’obligations dites «vertes», l’attention collective reste fixée sur le visage de la jeune femme.

De temps à autre, elle saisit sa gourde pour boire une gorgée d’eau. Lorsqu’une journaliste lui demande si les pistes évoquées par les autres participants la rassurent, un frisson parcourt la salle. Si elle répond oui, tous pourront souffler. «On parle ici de savoir comment faire face au changement climatique à cause des immenses pertes financières qu’il générera. Mais pourquoi ne pas le faire tout simplement parce que c’est ce qui est juste?» Tenace, Greta Thunberg.

Très exposée

Mais aussi exposée, trop peut-être. À la sortie de la conférence, une quinzaine de caméras se braquent sur elle. Ses parents l’entourent. «Les journalistes manquent de respect. Elle cherche à avoir un impact, pas à devenir célèbre», s’agace Bastien Girod. Le conseiller national écologiste a attentivement écouté sa cadette. Le léger malaise qui accompagne l’irruption de Greta Thunberg dans les médias lui paraît malgré tout secondaire. «Ce degré d’exposition ne durera probablement pas, et qu’importe: elle a déjà écrit l’histoire. Quand nos petits-enfants nous demanderont pourquoi nous n’avons rien fait, nous ne pourrons plus dire que personne ne nous avait dit de faire quelque chose.»

Même les représentants de l’économie le savent, il faut faire bonne figure. Lorsqu’on fait remarquer à Mark Okerstrom, directeur du site de voyages Expedia, que Greta Thunberg ne comptera probablement jamais parmi ses clients, il sourit: «Nous fournissons aussi des voyages en train.»

Il est midi et un grand soleil baigne la rue menant au centre des congrès. À un carrefour se dresse une forêt de micros et de caméras. Derrière elle se distingue le mètre cinquante de Greta Thunberg qui tient sa pancarte déclarant la «grève scolaire pour le climat». L’adolescente ne semble pas pressée de disparaître. Le Forum l’a d’ailleurs invitée à revenir l’année prochaine.

Créé: 25.01.2019, 18h28

Galerie photo

Ces enfants qui se sont battus pour changer le monde

Ces enfants qui se sont battus pour changer le monde À 16 ans, Greta Thunberg est une figure de la lutte pour le climat. Avant elle, d'autres enfants ont essayé de changer, un peu, la planète. Florilège

Articles en relation

Qui est vraiment Greta Thunberg, la nouvelle icône de l’environnement?

Climat L’adolescente suédoise de 16 ans est devenue le fer de lance d’un mouvement de jeunes en lutte contre la crise climatique. Plus...

Le bilan carbone du voyage en train de Greta Thunberg

Transport Fidèle à ses convictions, l’adolescente suédoise, icône de l’écologie, n'a pas voulu prendre l'avion pour rejoindre Davos depuis la Suède. Plus...

WEF en direct: Greta Thunberg et les visages de l'urgence climatique

Forum de Davos La station grisonne accueille toute la semaine des milliers de décideurs du monde entier. Analyses, vidéos et anecdotes à retrouver ici. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.