Affaire Fillon-Sarkozy: «C’est Marine Le Pen qui gagne»

FrancePour le politologue Stéphane Rozès, les révélations contestées du Monde accréditent la connivence entre le PS et l'UMP que dénonce Marine Le Pen.

<b>L’homme de droite acoquiné avec le pouvoir de gauche</b>. Selon le Monde du samedi 8 novembre, l’ex-premier ministre UMP François Fillon a incité Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de l'Elysée, à «taper vite» contre l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy pour accélérer les enquêtes en cours. «Mais Jean-Pierre, t'as bien conscience que si vous ne tapez pas vite, vous allez le laisser revenir?» aurait dit François Fillon à Jean-Pierre Jouyet lors d’un dîner à Paris.

L’homme de droite acoquiné avec le pouvoir de gauche. Selon le Monde du samedi 8 novembre, l’ex-premier ministre UMP François Fillon a incité Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de l'Elysée, à «taper vite» contre l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy pour accélérer les enquêtes en cours. «Mais Jean-Pierre, t'as bien conscience que si vous ne tapez pas vite, vous allez le laisser revenir?» aurait dit François Fillon à Jean-Pierre Jouyet lors d’un dîner à Paris. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Avec l’affaire Fillon-Sarkozy, la droite française se déchire comme rarement. Il y a ceux qui demandent à François Fillon de prouver sa bonne foi. Et ceux qui le soutiennent. Mais dans tous les cas, il est soupçonné de collusion avec l’ennemi, le PS, sinon de trahison.

Dimanche soir sur TF1, François Fillon a démenti avoir parlé des pénalités payées par l'UMP pour la campagne présidentielle 2012 de Nicolas Sarkozy. L’ancien premier ministre accuse de «mensonge» le secrétaire général de l'Elysée. Ce dernier avait démenti dans un premier temps avant de confirmer. Par ailleurs, l’Elysée dit ne pas avoir donné suite et ne pas être intervenu.

Les journalistes du Monde, menacés de plainte, se disent sereins et tiennent à disposition de la justice un enregistrement de leur conversation avec Jean-Pierre Jouyet. Décryptage de cette curieuse affaire avec Stéphane Rozès, politologue et directeur du CAP (un institut de conseils et d’analyse politique).

Qui dit vrai dans cette histoire?

Stéphane Rozès: On n’en sait rien. Je ne peux évidemment prendre position sur le fond de cette affaire car nous n’avons pas les éléments pour en juger. Mais en termes d’opinion publique, on peut néanmoins déjà assurer qu’elle est désastreuse pour les deux grands partis. C’est évident: hormis le FN personne ne tire profit de ces révélations.

Pourquoi le FN?

Parce que cette affaire accrédite la théorie de Marine Le Pen selon laquelle il y aurait toujours eu une connivence entre l’UMP et le PS. Son fameux UMPS. Et elle est illustrée dans ce cas par ces intérêts communs de personnalités de gauche comme de droite à affaiblir Nicolas Sarkozy.

Nicolas Sarkozy, en victime, en sort aussi renforcé?

Pas selon moi. Je crois que c’est plutôt une mauvaise nouvelle pour Nicolas Sarkozy. Encore une fois en termes d’images, François Fillon passe pour quelqu’un de «pondéré». Même si d’aucuns pourraient condamner son initiative – si elle était avérée, je n’en sais rien – cette histoire confirme que Nicolas Sarkozy a cette personnalité qui entraîne des gens modérés à des réactions violentes. C’est l’illustration qu’il est un homme politique qui pose problème, qui clive, qui déstabilise ses collaborateurs et ses équipes. Or, la France a besoin de stabilité.

Et l’image du président de la République, François Hollande, est-elle affectée par cette affaire?

Je ne le crois pas. Ce n’est pas ce genre de choses que les Français reprochent à François Hollande. Lors de l’affaire Cahuzac, ils ont bien vu que le président Hollande avait laissé faire le cours de la justice et que cela avait pris un certain temps et occasionné passablement de dégâts d’image pour le gouvernement. On l'a critiqué pour cela d’ailleurs. Ce n’est pas l’image que les Français se font de la majorité actuelle qui, paradoxalement, passe pour insuffisamment déterminée et pas assez interventionniste.

Si je vous comprends bien, les socialistes sont trop gentils pour gouverner la France...

Ce n'est pas ce que j'ai dit, mais il faut admettre que les Français ont des représentations antagonistes de François Hollande et Nicolas Sarkozy. L'un est un médiateur. L'autre un joueur d'échecs. (nxp)

Créé: 10.11.2014, 10h35

Articles en relation

«A qui profite le Fillongate?» s'interroge la presse

France Après les révélations du «Monde», puis le «poker menteur» entre François Fillon et Jean-Pierre Jouyet, les éditorialistes français sont lundi partagés sur les bénéficiaires du «Fillongate» entre Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen. Plus...

La rivalité Fillon-Sarkozy vire au scandale

France La rivalité à droite en vue de l'élection présidentielle française de 2017 tourne au scandale: François Fillon est accusé d'avoir voulu faire accélérer les procédures judiciaires contre l'ex-président Nicolas Sarkozy par l'Elysée. Plus...

Le livre «Sarko s'est tuer» accable Fillon

Littérature Nicolas Sarkozy est au cœur d'un nouvel ouvrage de deux journalistes du Monde qui paraît ce jeudi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Manifs partout en Suisse
Plus...