Les 356 rescapés de l’«Ocean Viking» ont débarqué à Malte

Sauvetage en MéditerranéeAprès quatorze jours d’attente en mer, un accord européen a été trouvé. Les migrants vont être répartis dans six pays.

«L’Ocean-Viking retournera en mer le plus vite possible. Et cela tant que des femmes, des enfants et des hommes seront en situation de détresse en Méditerranée ».

«L’Ocean-Viking retournera en mer le plus vite possible. Et cela tant que des femmes, des enfants et des hommes seront en situation de détresse en Méditerranée ». Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Merci Malte», «Merci SOS», «Merci à tous»! À bord de l’Ocean-Viking, le navire humanitaire affrété par SOS Méditerranée et Médecins sans frontières (MSF), l’annonce a été accueillie par des cris de joie. Après un blocage de quatorze jours, les 356 personnes secourues entre le 9 et le 12 août ont finalement pu débarquer sur la terre ferme. Elles ont été transférées sur des navires appartenant aux Forces armées maltaises puis débarquées à Malte, suite à un accord entre six pays européens. Elles seront réparties entre «la France, l’Allemagne, l’Irlande, le Luxembourg, le Portugal et la Roumanie», a précisé le premier ministre maltais, Joseph Muscat, sur son compte Twitter, notant que «personne ne restera à Malte».

Parmi les rescapés, on compte quatre femmes et cinq enfants de 1 à 6 ans, ainsi qu’une centaine de mineurs de moins de 18 ans, dont 80% voyagent seuls. La plupart de ces personnes, majoritairement en provenance du Soudan, ont fui la Libye pour échapper au conflit, aux mauvais traitements et aux détentions arbitraires.

Blessures, coups et viols

«Nous avons soigné des blessés de guerre qui étaient bloqués sur la ligne de front à Tripoli et nous avons vu les cicatrices de ceux qui avaient vécu les frappes aériennes du centre de détention de Tajoura. Nous avons parlé aux rescapés de naufrages. Nous avons entendu des histoires de passages à tabac brutaux, d’électrocutions, de tortures avec du plastique fondu ainsi que de violences sexuelles – même les enfants n’ont pas été épargnés par ces horreurs», a souligné Jay Berger, coordinateur de projet MSF, à bord de l’Ocean-Viking.

«Nous sommes soulagés qu’une solution européenne ait finalement été trouvée. Quatorze mois après le premier blocage vécu par notre précédent navire, l’Aquarius, nous regrettons qu’il n’y ait pas de mécanisme prévisible européen mis en place afin d’éviter de prolonger la souffrance de personnes vulnérables en pleine mer», a déclaré Frédéric Penard, le directeur des opérations de SOS Méditerranée. «Le fait que Malte, plusieurs États membres et la Commission européenne aient eu un rôle décisif dans cette prise de décision montre qu’une nouvelle coopération est possible afin d’éviter d’autres naufrages mortels et des blocages inutiles en Méditerranée centrale», estime-t-il.

«L’Ocean-Viking retournera en mer le plus vite possible. Et cela tant que des femmes, des enfants et des hommes seront en situation de détresse en Méditerranée. La Suisse pourrait se montrer solidaire des autres États européens en participant au mécanisme de répartition. Elle se montrerait ainsi à la hauteur de sa tradition humanitaire en nous aidant à sauver des vies en mer», estime Caroline Abu Sa’da, directrice générale de SOS Méditerranée Suisse. Par ailleurs, ajoute-t-elle, «le drame de ces longues attentes accentue la souffrance des naufragés et empêche les bateaux humanitaires d’être sur la zone de sauvetage».

Nouveau navire humanitaire

L’ Ocean-Viking battant pavillon norvégien était le dernier navire humanitaire encore présent en Méditerranée pour secourir des migrants, enfin jusqu’à jeudi. Un autre bateau, le Mare-Jonio , opéré par le collectif italien de gauche Mediterranea, vient d’appareiller. Mis sous séquestre en mai en vertu de la législation antimigrants du désormais ex-ministre de l’Intérieur Matteo Salvini, puis libéré en août, il se dirige vers la zone de secours au large des côtes libyennes.

Créé: 23.08.2019, 19h53

Articles en relation

L’«Ocean Viking», successeur de l’«Aquarius», a largué les amarres

Sauvetage en mer Avant de lever l’ancre, le nouveau navire affrété par SOS Méditerranée et Médecins sans frontières (MSF) a ouvert ses portes. Reportage. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dons d'organes: le Conseil Fédéral veut le consentement des proches
Plus...