Les étudiants exigent une enquête indépendante

NicaraguaLes étudiants exigent la création d'une commission d'enquête indépendante sur les violences meurtrières de ces derniers jours.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les étudiants nicaraguayens, à l'origine de la vague de manifestations qui secouent ce pays, ont exigé samedi la création d'une commission indépendante pour enquêter sur les violences meurtrières qui ont émaillé les protestations de ces derniers jours. Il s'agit d'une condition sine qua non pour participer à un éventuel dialogue avec les autorités.

«Cette commission devra enquêter, condamner et sanctionner tous les responsables directs et indirects des crimes contre l'humanité commis dans le cadre de la répression», ont-il déclaré. Les étudiants exigent une commission «indépendante et crédible» et «soutenue au niveau international».

Selon un dernier bilan du Centre nicaraguayen des droits de l'homme (Cenidh), le nombre de personnes tuées lors des violents affrontements entre la police et les manifestants est passé samedi de 42 à 43. La hausse régulière de ce bilan s'explique par le décès de personnes qui étaient hospitalisées ou portées disparues.

Des milliers de Nicaraguayens ont marché samedi à Managua «pour la paix et la justice», à l'appel notamment de l'Eglise catholique. La foule bleue et blanche, aux couleurs du drapeau national, s'est divisée en trois points de Managua pour converger vers la cathédrale, convoquée par la Conférence épiscopale.

Manifestations pacifiques depuis lundi

Depuis lundi, aucun affrontement avec la police n'a été recensé, les manifestations se déroulant de manière pacifique dans la capitale Managua et le reste du pays.

L'association de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch (HRW) a appelé vendredi les pays membres de l'Organisation des Etats américains (OEA) à approuver l'envoi d'une mission de la Commission interaméricaine des droits de l'homme au Nicaragua afin d'enquêter sur les allégations d'abus commis par les forces de l'ordre contre des manifestants.

De son côté, le président de l'Assemblée national Gustavo Porras, a annoncé vendredi la formation d'une commission comprenant des personnalités du pays pour «connaître, analyser et clarifier» ces récents événements. Cette initiative a été rejetée samedi par les leaders étudiants. «Nous n'acceptons pas que les assassins enquêtent sur eux-mêmes», ont-ils déclaré.

Mobilisation générale contre Ortega

La contestation, lancée au départ par les étudiants contre une réforme des retraites, est rapidement devenue une mobilisation générale pour dénoncer la confiscation du pouvoir par le président Daniel Ortega, un ancien guérillero âgé de 72 ans, à la tête du Nicaragua de 1979 à 1990 puis redevenu président en 2007.

L'Union européenne, les Etats-Unis et le Vatican ont critiqué la force excessive utilisée par la police, et l'ONU a dit soupçonner de possibles «exécutions illégales». Jeudi, le président Ortega, qui a lui-même appelé à un dialogue, n'avait pas encore donné ni les détails ni les participants à ces discussions. (afp/nxp)

Créé: 28.04.2018, 23h53

Articles en relation

Ils réclament le départ d'Ortega depuis Genève

Nicaragua Le mouvement de contestation actuellement en cours au Nicaragua contre le président s'est étendu à Genève samedi. Plus...

Les manifs violentes au Nicaragua continuent

Amérique centrale Les manifestations se poursuivaient vendredi au Nicaragua à la mémoire des personnes décédées durant la vague de protestations qui a secoué le pays la semaine dernière. Plus...

Après 6 jours de chaos et 34 morts, le dialogue

Nicaragua Suite aux violentes manifestations, l'Eglise va encadrer un dialogue national entre le gouvernement et ses opposants. Plus...

Manifs contre la réforme des retraites: 24 morts

Nicaragua Après cinq jours de violentes manifestations, le président Ortega a renoncé à sa réforme controversée des retraites. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les grands partis désemparés
Plus...