Les Etats-Unis et Cuba reviennent à l’époque des mauvaises ondes

DiplomatieLe mal mystérieux qui frappe les diplomates américains à La Havane signe le retour aux relations tendues entre les Etats-Unis et Cuba.

Les relations entre Cuba et les Etats-unis n'auront connu qu'une courte embellie.

Les relations entre Cuba et les Etats-unis n'auront connu qu'une courte embellie. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le rapprochement diplomatique entre les Etats-Unis et Cuba est mal en point. Après avoir décidé vendredi dernier de rapatrier une bonne partie de son personnel en poste à La Havane, Washington devait annoncer mardi l’expulsion des Etats-Unis des deux tiers des diplomates cubains, selon les révélations du Miami Herald. Une décision qui s’ajoute aux faits que les touristes américains sont désormais invités à éviter l’île des Caraïbes et que les visas de routine accordés aux Cubains sont suspendus.

L’affaire à l’origine de ces décisions est digne d’un roman d’espionnage. Depuis la fin 2016, des membres du personnel diplomatique américain et canadien en poste à Cuba se plaignent d’un mal mystérieux générant nausées, maux de tête, pertes d’équilibre et d’audition et même des cas de surdité irréversible. Pas moins de vingt et un Américains et cinq Canadiens ont été frappés par ce que Washington qualifie désormais d’«attaques ciblées», et non plus d’«incidents». Celles-ci seraient perpétrées jusque dans les résidences diplomatiques et même les hôtels de La Havane. Et elles se concentrent dans un périmètre de trois zones géographiques.

Le gouvernement cubain nie avec véhémence être à l’origine du mal mystérieux et regrettait vendredi la décision de Washington de rapatrier son personnel diplomatique, car elle va «nuire aux relations bilatérales».

De «nature inconnue»

La Havane a d’ailleurs étroitement collaboré à l’enquête minutieuse qu’a menée le FBI dans les locaux de l’ambassade américaine à Cuba, ainsi que dans les résidences des diplomates. Les experts ont soupçonné de malfaisantes «ondes acoustiques», des tests ont même été menés en laboratoire aux Etats-Unis, mais rien n’y fait: ces «attaques» demeurent de «nature inconnue», tout comme leur objectif, admet le Département d’Etat américain. Lequel n’exclut pas qu’un pays tiers soit impliqué dans l’affaire. Un Etat qui voudrait scier le processus de rapprochement entre Washington et La Havane, comme le supposent des élus démocrates? Pour l’heure, l’énigme demeure entière.

Le secrétaire d’Etat américain, Rex Tillerson, avait expliqué vendredi la décision du rapatriement par l’incapacité de Cuba à protéger sur son sol les diplomates américains. Il avait toutefois pris soin de préciser que les relations diplomatiques avec Cuba étaient maintenues.

Mais il est certain que la nouvelle annonce d’expulser les diplomates cubains de Washington va entraver un peu plus le réchauffement amorcé entre Cuba et les Etats-Unis. Un rapprochement que Donald Trump lui-même s’est employé à démanteler. A la mi-juin, le président américain avait dénoncé l’accord historique signé entre Raúl Castro et Barack Obama à la fin 2014, et annoncé le rétablissement des sanctions contre Cuba.

(TDG)

Créé: 03.10.2017, 16h23

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dénoncetonporc
Plus...