Etat palestinien: la Ligue arabe se mobilise

JérusalemLa ligue arabe veut obtenir la reconnaissance d'un Etat palestinien avec Jérusalem-Est pour capitale. Elle annonce une «réunion ministérielle élargie» à la fin du mois.

Israël occupe Jérusalem-Est et la Cisjordanie depuis la guerre de 1967.

Israël occupe Jérusalem-Est et la Cisjordanie depuis la guerre de 1967. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Ligue arabe va chercher à obtenir la reconnaissance internationale d'un Etat palestinien avec Jérusalem-Est comme capitale. Cela en réponse à la décision unilatérale étasunienne de déclarer Jérusalem capitale d'Israël. L'un des objectifs est de réaffirmer «l'invalidité de la décision (américaine) de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël et le fait qu'elle n'a aucune conséquence juridique», a déclaré samedi le ministre jordanien des Affaires étrangères Aymane Safadi. Il s'exprimait lors d'une conférence de presse conjointe avec le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Abou Gheit.

«Nous chercherons à obtenir (...) la reconnaissance d'un Etat palestinien avec Jérusalem-Est pour capitale, dans les frontières de juin 1967 », a-t-il ajouté. Ces propos interviennent après la visite samedi d'une délégation ministérielle arabe à Amman, composée des ministres des Affaires étrangères égyptien, saoudien, palestinien, marocain, émirati, en plus de M. Abou Gheit.

Réunion élargie fin janvier

Ce dernier a annoncé la tenue d'une «réunion ministérielle élargie» à la fin du mois. Lors de sa rencontre avec cette délégation, le roi Abdallah II de Jordanie a rappelé la nécessité de trouver une solution à la question de Jérusalem dans le cadre «d'un accord de paix juste et durable» entre les Palestiniens et les Israéliens.

La Jordanie, pays gardien des lieux saints musulmans à Jérusalem, a dénoncé comme «une violation du droit international» la décision de Donald Trump le 6 décembre de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël. Le royaume hachémite et l'Egypte sont les deux seuls pays arabes à avoir signé un accord de paix avec l'Etat hébreu.

Israël occupe Jérusalem-Est et la Cisjordanie depuis la guerre de 1967. Il a ensuite annexé Jérusalem-Est, partie palestinienne de la ville. Cette annexion n'a jamais été reconnue par la communauté internationale. L'Etat hébreu considère l'ensemble de Jérusalem comme sa capitale, tandis que les Palestiniens veulent faire de Jérusalem-Est la capitale de l'Etat auquel ils aspirent.

Aide américaine aux réfugiés

Israël soutient pour sa part la décision des autorités étsasuniennes de geler leur contribution à une organisation humanitaire de l'ONU intervenant en faveur des réfugiés palestiniens, a déclaré un responsable israélien samedi. En début de semaine, Donald Trump a menacé d'interrompre tout soutien financier à l'Office de secours et de travaux de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) car, affirme-t-il, l'Autorité palestinienne refuse de reprendre les négociations de paix avec Israël.

Cette explication du président étasunien a été qualifiée de chantage par les dirigeants palestiniens, tandis que certains responsables israéliens mettaient en avant les dangers d'une telle décision.

Décision pas encore prise

Le site d'information Axios annonçait vendredi que l'administration américaine avait gelé 125 millions de dollars d'aide qui devaient être versés au 1er janvier, le temps pour Donald Trump de finir son examen de la situation des Palestiniens. Le département d'Etat est intervenu pour indiquer qu'aucune décision définitive n'avait été encore prise.

Les services de Benjamin Netanyahu ont diffusé un communiqué expliquant que le chef du gouvernement israélien «soutenait l'approche décisive de Donald Trump et estimait que des mesures concrètes devaient être prises pour modifier la situation dans laquelle l'UNRWA perpétue le problème des réfugiés palestiniens au lieu de le résoudre». L'UNRWA intervient en particulier dans la bande de Gaza. Une réduction de son budget pourrait accentuer les tensions avec Israël. (ats/nxp)

Créé: 06.01.2018, 20h07

Articles en relation

Jérusalem «n'est pas à vendre»

Etats-Unis Dans un tweet mardi soir, le président américain a menacé de couper l'aide financière aux Palestiniens faute de «reconnaissance» de leur part. Plus...

Une loi pour compliquer le partage de Jérusalem

Israël Selon la nouvelle législation, toute cession d'une partie de la ville à l'Autorité palestinienne devrait obtenir au moins deux-tiers des voix au Parlement. Plus...

Jérusalem: une station de train nommée «Trump»

Proche-Orient Israël va donner le nom du président américain à la halte qu'il entend construire près du mur des Lamentations. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Cycle genevois toujours aussi inégalitaire
Plus...