Passer au contenu principal

«Une étape chinoise sur le chemin vers Mars»

Le regard des astronomes genevois Stéphane Udry et André Maeder sur la sonde chinoise posée de l'autre côté de la Lune

Image prétexte.
Image prétexte.
DR

C’est entendu, avec Chang’e 4, Pékin se pose en puissance spatiale face à des États-Unis qui se préparent à installer un laboratoire en orbite autour de notre satellite, future escale pour des missions autrement plus éloignées. «On se retrouve un peu dans la configuration des années 60, lorsque les États-Unis étaient allés sur la Lune en raison de la concurrence soviétique», reconnaît Stéphane Udry, le responsable de l’Observatoire de Genève.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.