Escroquerie: la signature de DSK qui change tout?

Affaire LSKDominique Strauss-Kahn nie toute implication dans l'escroquerie dont ont été victimes les clients de son fonds LSK. Mais «L'Obs» a mis la main sur des documents qui interpellent.

Dominique Strauss-Kahn ici photographié en juin 2015.

Dominique Strauss-Kahn ici photographié en juin 2015. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Les réunions du conseil d’administration que j’ai présidées ne laissaient aucunement transparaître de difficultés sérieuses et la gestion journalière était principalement assurée par Thierry Leyne. A l’occasion de l’audit des comptes 2013, j’ai découvert un endettement de la société beaucoup plus important que celui dont j’avais connaissance lors de ma prise de fonction […]», écrit Dominique Strauss-Kahn dans un courrier adressé au Parquet du Luxembourg que L'Obs s'est procuré. Nous sommes le 4 novembre 2014, soit 3 petits jours avant la mise en faillite du fonds d'investissement LSK dont a démissionné DSK 14 jours auparavant. Dix jours plus tôt, le directeur de LSK, Thierry Leyne, s'est suicidé.

La brigade financière de la police judiciaire de Paris, sous l'égide du Parquet de Paris, ausculte actuellement les tenants et les aboutissants de ce hedge-fund dont la cessation de paiement a entraîné la plainte de 156 créanciers de différentes nationalités qui réclament, à eux tous, 100 millions d'euros (110 millions de francs).

Certifié devant notaire

Parmi eux, l'homme d'affaires français Jean-François Ott ou le retraité marseillais Alain Urbach, dont la participation au capital a été validée lors d'un conseil d'administration été 2014, alors qu'une des filiales de LSK est déjà en liquidation judiciaire et que plusieurs comptes bancaires ont déjà été saisis. Problème: l'avocat de DSK, Me Jean Veil, nie que son client ait été présent lors de ce conseil d'administration. Or, les procès-verbaux, que «L'Obs» a pu consulter, ont été signés par DSK et ont été certifiés devant notaire.

Néanmoins, un élément conforte la thèse de DSK qui, résume «L'Obs», «veut bien passer pour un pigeon, mais pas pour un complice»: l'ancien directeur du FMI a consenti à recapitaliser LSK à hauteur de 440'000 euros (483'000 francs) été 2014. Pour son avocat, «cette souscription [au capital, ndlr] exonère Dominique Strauss-Kahn de toute suspicion d'avoir connu la réalité de la situation de LSK».

Créé: 09.02.2016, 12h34

Galerie photo

Articles en relation

Leyne, Strauss-Kahn & Partners est déclarée en faillite

Société financière La société d'investissement LSK, présidée jusqu'à récemment par Dominique Strauss-Kahn, a été déclarée en faillite vendredi matin par la justice luxembourgeoise. Plus...

L'ex-société de DSK est en cessation de paiements

Déboires Les déboires de la société d'investissement LSK avaient éclaté au grand jour après le suicide de son fondateur Thierry Leyne, associé de DSK. Plus...

Coup dur pour DSK après le suicide de son associé

Revers de fortune Dominique Strauss-Kahn est revenu dans un entretien accordé au Parisien sur le suicide de Thierry Leyne. Il reconnait avoir perdu «beaucoup d'argent» dans cette affaire. Plus...

DSK avait pris du recul avant le suicide de son associé

Finances L'ancien directeur du FMI, Dominique Strauss-Kahn, avait renoncé à la présidence du fonds d'investissement LSK & Partners trois jours avant le suicide de son associé Thierry Leyne. Plus...

Connu à Genève, un associé de DSK se suicide à Tel Aviv

Finance internationale Thierry Leyne était associé à DSK dans un fonds d'investissement créé en octobre 2013, appelé LSK (Leyne-Strauss-Kahn & Partners). Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Maudet s'oppose au budget 2020
Plus...