Erdogan menace le régime de Bachar el-Assad

TurquieLe président turc a ordonné ce mercredi au régime de retirer ses forces près de postes d'observation construits par Ankara dans le nord-ouest de la Syrie.

Recep Tayyip Erdogan lors d'un discours (26 janvier 2020).

Recep Tayyip Erdogan lors d'un discours (26 janvier 2020). Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président turc a sommé mercredi le régime de Bachar el-Assad de retirer ses forces des abords de postes d'observation construits par Ankara dans le nord-ouest de la Syrie, menaçant de recourir à la force dans le cas contraire.

«Deux de nos 12 postes d'observation se trouvent derrière les lignes du régime. Nous espérons que le régime se retirera au-delà de nos postes d'observation avant la fin du mois de février. Si le régime ne se retire pas, la Turquie sera dans l'obligation de s'en charger», a déclaré Erdogan lors d'un discours à Ankara.

Le chef de l'État turc a indiqué avoir transmis ce message lors d'un entretien téléphonique mardi avec son homologue russe Vladimir Poutine dont le pays appuie militairement le régime syrien.

Ces déclarations interviennent au surlendemain de combats d'une violence inédite entre l'armée turque et les forces du régime de Bachar el-Assad dans la province d'Idleb (nord-ouest de la Syrie) qui ont fait plus de 20 morts.

«Tournant» dans le conflit

Dans la nuit de dimanche à lundi, des tirs d'artillerie du régime ont fait huit morts côté turc. Ankara a répondu en bombardant des positions syriennes, tuant au moins 13 personnes.

Mercredi, Erdogan a qualifié l'attaque du régime contre les forces turques de «tournant» dans le conflit en Syrie. «Nous ne laisserons pas les choses continuer comme avant là où le sang des militaires turcs a coulé», a-t-il dit.

«Nous riposterons sans aucun avertissement à toute nouvelle attaque contre nos militaires ou contre les combattants (rebelles syriens) avec lesquels nous coopérons», a prévenu le président turc.

Accords pourtant signés

La Turquie, qui soutient certains groupes rebelles syriens, a signé avec la Russie plusieurs accords censés faire taire les armes dans la province d'Idleb, ultime bastion de l'opposition dans le nord-ouest de la Syrie.

C'est dans le cadre de ces accords qu'Ankara a construit les postes d'observation dans la province d'Idleb auxquels Erdogan a fait référence mercredi.

En dépit de ces accords, le régime, avec le soutien de l'aviation de Moscou, a renforcé ces dernières semaines son offensive sur cette province frontalière de la Turquie, allant jusqu'à encercler certains postes turcs dans sa progression.

Selon l'ONU, les combats dans le nord-ouest de la Syrie ont fait un demi-million de déplacés qui se sont dirigés pour la plupart vers la frontière turque.

Cette situation inquiète la Turquie, où plus de 3,6 millions de Syriens ont déjà trouvé refuge depuis 2011. (afp/nxp)

Créé: 05.02.2020, 10h18

Articles en relation

Résurgence du terrorisme: Erdogan met en garde

Turquie Le président turc prévient d'une possible réminiscence des organisations terroristes si le gouvernement libyen venait à être renversé. Plus...

Erdogan menace Haftar s'il reprend les combats

Libye Mise en garde du président turc après que le maréchal libyen Khalifa Haftar, a quitté Moscou sans signer de cessez-le-feu. Plus...

Erdogan et Poutine inaugurent le «TurkStream»

Gazoduc Les présidents turc et russe ont inauguré en grande pompe le gazoduc reliant la Russie au continent européen, en passant par la Turquie. Plus...

«Nos soldats sont en train d'être déployés en Libye»

Turquie Une semaine après le feu vert du parlement, le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé l'envoi de troupes militaires en Libye dimanche. Plus...

Feu vert du parlement à un déploiement en Libye

Turquie Recep Tayyip Erdogan pourra envoyer des soldats en Libye pour soutenir le Gouvernement d'union nationale (GNA). Le mandat est valable un an. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus est à Genève
Plus...