Passer au contenu principal

Erdogan: «L'enquête ne doit épargner personne»

Le président turc veut faire toute la lumière sur le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, a-t-il annoncé mardi.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a exhorté mardi le procureur général d'Arabie saoudite, en visite à Istanbul, à déterminer «qui a donné l'ordre» aux meurtriers du journaliste Jamal Khashoggi, ajoutant que l'enquête ne devait épargner personne.

«Qui a envoyé ces 15 personnes (soupçonnées d'avoir tué Khashoggi)? En tant que procureur général saoudien, il faut que vous questionniez cela, que vous le révéliez», a dit Recep Tayyip Erdogan à la presse à Ankara. «Il faut maintenant résoudre cette affaire. Inutile de tergiverser, cela n'a aucun sens d'essayer de sauver certaines personnes», a-t-il ajouté. Il a estimé que «l'enquête ne doit épargner personne».

Procureur saoudien à Istanbul

Le procureur général d'Arabie saoudite s'est rendu mardi au consulat de son pays à Istanbul pour l'enquête sur le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi dans la représentation diplomatique. Le président turc Erdogan l'a exhorté d'enquêter sur le commanditaire.

Saoud ben Abdallah Al-Muajab s'est rendu au consulat après s'être entretenu avec le procureur général de la République à Istanbul Irfan Fidan pour la deuxième fois en deux jours. Saoud ben Abdallah Al-Muajab est arrivé au consulat sous escorte et a pénétré dans le bâtiment sans faire de déclaration.

Selon la chaîne de télévision étatique TRT Haber, le procureur saoudien a demandé à son homologue stambouliote lors de leur entretien lundi de partager l'intégralité des éléments qui figurent dans le dossier d'enquête turc, mais sa requête a été rejetée.

Toujours selon TRT Haber, le procureur turc a questionné les autorités saoudiennes sur la localisation du corps de Jamal Khashoggi qui reste introuvable près d'un mois après le meurtre, en dépit des efforts des enquêteurs. Selon la presse turque, le corps a été démembré par les agents saoudiens.

«Criminels diaboliques»

La fiancée turque du journaliste saoudien a critiqué la réponse du président américain Donald Trump à son meurtre, l'appelant à ne pas permettre à Ryad d'étouffer l'affaire. «Je suis extrêmement déçue de l'attitude adoptée jusqu'à présent par les dirigeants politiques de nombreux pays, à commencer par les Etats-Unis», a déclaré Hatice Cengiz, qui s'exprimait en turc, lors d'un événement commémoratif lundi soir à Londres.

Selon Hatice Cengiz, «le régime saoudien sait où se trouve (le) corps» de Jamal Khashoggi. Elle a appelé les «criminels diaboliques et leurs lâches maîtres politiques» à rendre des comptes.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.